Pour nous contacter

Festival Violoncelle Beauvais

Espace Pré Martinet

17 rue du Pré Martinet

60000 Beauvais

 

Téléphone : 03 44 22 46 04

courriel : contact

Festival 2017

du 12 mai au 21 mai 2017

Adhérer à l'association

Bulletin à télécharger ici

Recevoir gratuitement notre newsletter

Réservations

03 44 22 46 04

Achat billets

Recommandez cette page sur :

Artistes

Pascal AMOYEL

En 2010, Pascal Amoyel est récompensé par un Grand Prix du Disque décerné par la Société Fryderyk Chopin à Varsovie -à l’instar de Martha Argerich et Nelson Freire- pour son intégrale des Nocturnes de Chopin. Le magazine Classica - Le Monde de la Musique a accueilli cet enregistrement comme «un miracle que l'on n'osait plus espérer : tout simplement une version idéale, qu'on écoute bouche bée, en état d'apesanteur, ravi, au sens le plus fort du terme, par tant de beauté...».

En 2009, son interprétation des Funérailles de Liszt est sélectionnée par cette même revue comme l'une des 4 références historiques. Deux ans plus tôt, son enregistrement "Harmonies Poétiques et Religieuses" de Liszt a été élu par la chaîne Arte parmi les 5 meilleurs disques de l'année.

Personnalité hors norme née en 1971, Pascal Amoyel est révélé au grand public en remportant une Victoire de la Musique en 2005 dans la catégorie « Révélation soliste ».

 

Pascal Amoyel montre très tôt des aptitudes pour l’improvisation au clavier sans l'avoir encore étudié. A 10 ans, lorsqu'il débute ses études à l'Ecole Normale de Musique de Paris (classe de Marc André), il est très vite remarqué par György Cziffra qu'il suit en France et en Hongrie.

A 17 ans après un baccalauréat scientifique, il se consacre entièrement à la musique. Il obtient une Licence de concert à l'ENMP puis entre au CNSM de Paris (classe de Jacques Rouvier et Pascal Devoyon) où il obtient en 1992 les Premiers Prix de piano et de musique de chambre. La même année, il devient Lauréat des Fondations Menuhin et Cziffra, puis remporte le Premier Prix du Concours International des Jeunes Pianistes de Paris. Il se perfectionne auprès de Lazar Berman, Aldo Ciccolini, Pierre Sancan, Daniel Blumenthal, Jean-Paul Sevilla, Charles Rosen…

C'est le début d'une carrière internationale qui l'amène à se produire en récital sur les plus grandes scènes d’Europe -Philharmonie de Berlin, Cité de la Musique, Salle Pleyel à Paris, Bruxelles, Amsterdam…-, aux Etats-Unis, au Canada, en Russie, en Chine, au Japon et en Corée, ou en soliste avec l’Orchestre de Paris (enregistrement d’un DVD), les Orchestres Nationaux de Lille, de Montpellier, l’Orchestre Symphonique de la Radio Nationale Bulgare, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, l’Orchestre Philharmonique de Wuhan…

 

Il aime aborder des répertoires peu visités ou mystiques, et s'investit dans la création de formes nouvelles de concert. Il crée notamment le concert-théâtral "Block 15, ou la musique en résistance" (mise en scène Jean Piat) sur la vie de deux musiciens à Auschwitz qui furent sauvés par la musique, et qui a fait l'objet d'une adaptation pour France Télévisions, ainsi que "le pianiste aux 50 doigts, ou l'incroyable destinée de György Cziffra" (mise en scène Christian Fromont), qui a triomphé au théâtre Le Ranelagh et au Festival d’Avignon.

Sa rencontre avec la violoncelliste Emmanuelle Bertrand est essentielle ; depuis 1999, ils forment un duo dont les enregistrements ont obtenu les meilleures récompenses : Cannes Classical Awards, Diapason d’Or de l'Année, «Choc» du Monde de la Musique, 10/10 de Classica...

 

En tant que compositeur, Pascal Amoyel est Lauréat de la Fondation d’Entreprise Banque Populaire 2010. Il est notamment l’auteur du cycle «Job, ou Dieu dans la tourmente» et de «Lettre à la femme aimée au sujet de la mort» (sur des poèmes de Jean-Pierre Siméon) et d'Itinérance (édité au Chant du Monde). Il a collaboré avec des compositeurs tel Olivier Greif et est le dédicataire de plusieurs œuvres (El Khoury, Lemeland, Agobet…).

Professeur de piano et d’improvisation au CRR de Rueil-Malmaison, il s’investit également auprès du jeune public en publiant un ouvrage « Une petite histoire de la grande Musique » (bleu nuit éditeur) et en créant le Juniors Festival dont les enfants furent les acteurs, y compris ceux porteurs de handicap. Toujours désireux de rendre la musique accessible au plus grand nombre, il a produit et animé sur France culture une série d’émissions intitulée « Une histoire de la Musique ».

Il dirige le festival Notes d’Automne, rencontres musicales et littéraires qu’il a créé au Perreux-sur-Marne, et y est le commanditaire de plus d'une vingtaine de créations.

 

Pascal Amoyel s'est vu décerner le Premier Grand Prix International « Arts-Deux Magots » récompensant "un musicien aux qualités d'ouverture et de générosité", ainsi que  le « Prix Jean Pierre-Bloch » de la Licra, récompensant "un artiste et son œuvre dans son rapport aux Droits de l’Homme".

Il est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

 

www.pascal-amoyel.com/fr/



Jean-Pierre BARAGLIOLI

Premier Prix de saxophone et de musique de chambre du Conservatoire National Supérieur de musique de Paris.

Saxophone Solo du Grand Orchestre de la Garde républicaine de Paris et des Concerts Colonne.

Lauréat de la Fondation Yéhudi Ménuhin et du Concours International de Paris. Soliste international (Chine, Japon, Usa, Canada,Pays Baltes,Russie, Thailande, Hongrie, Ukraine, Espagne, Allemagne,Suisse,Italie,Russie, Slovenie,Taiwan,Australie, …)

Sylvain BERTHE

C’est au Conservatoire de Lille que Sylvain Berthe débute la flûte à bec à l’âge de cinq ans.

Il y obtient une médaille d’or, une médaille de violoncelle, de musique de chambre et de musique ancienne puis le diplôme supérieur régional. Par la suite, il se perfectionne aux Pays-Bas.

Depuis 1991, il se produit en tant que flûtiste à bec soliste ou violoncelliste avec différents orchestres (JOS de Douai, Nouvel Ensemble Régional, Orchestre d'Art et d'Essai, Les parodies organisées, Ensemble de la Nouvelle Europe...) et autres formations de musique de chambre. Sa palette instrumentale, multiple, couvre tout le répertoire, du Moyen Age à l’époque contemporaine. Il pratique les percussions africaines et orientales, séjourne au Bénin, au Mali, en Syrie et au Maroc pour approfondir sa technique. Il intègre des Ensembles de musique traditionnelle (Matzelpo, Festival de Cornouailles de Quimper...), de jazz (Ondes parallèles, Des images plein les oreilles...).

Il accompagne Catherine Dujardin dans les spectacles Du côté de Saint-Germain et Barbara Passion. Il compose et interprète la musique de scène de la plupart des créations dans lesquelles il intervient, notamment pour la Cie Home Théâtre. Depuis trois ans, il se produit en France, Belgique, Suisse, Québec au sein du groupe Presque oui.

Emmanuelle BERTRAND

Elue Artiste de l’année 2011 par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique, Diapason d’Or de l’année pour son disque Le violoncelle parle, Emmanuelle Bertrand a été révélée au grand public par une Victoire de la Musique en 2002.

 

Formée par Jean Deplace et Philippe Muller dans les Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Lyon et de Paris, lauréate du Concours International Rostropovitch, elle remporte le Premier Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon à Tokyo en 1996, le Prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel, et devient lauréate de la Fondation d’Entreprise Natexis.

 

En 1999, sa rencontre avec le compositeur Henri Dutilleux est déterminante : «  Son interprétation m’a immédiatement comblé par la transparence de la sonorité, la rigueur rythmique, la perfection technique, le brio du jeu. Je n’hésite pas à dire qu’il s’agit pour moi d’une véritable révélation ».

 

Son goût pour la création contemporaine lui a permis de créer des œuvres dont elle est aussi dédicataire et parmi lesquelles figurent celles d’Edith Canat de Chizy, de Pascal Amoyel, de Bernard Cavanna (Shanghai Concerto). En 1997, elle crée au Japon la Quatrième Suite pour violoncelle seul de Nicolas Bacri, et en 2000, elle donne en première audition mondiale la dernière œuvre pour violoncelle seul de Luciano Berio : Chanson pour Pierre Boulez. En 2002, elle s’est vue décerner le Grand Prix de la Critique par le Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale récompensant la « Révélation Musicale de l’Année ».

Passionnée de musique de chambre, membre de l’ensemble des Violoncelles français, elle se produit en duo avec le pianiste Pascal Amoyel. En 2005-2006, ils créent ensemble le concert théâtral Le Block 15, mis en scène par Jean Piat, qui restitue les témoignages de deux musiciens sauvés par la musique lors de la seconde guerre mondiale.

 

Son nouveau spectacle, Maurice Maréchal : Carnets de guerre, rend hommage au grand violoncelliste français. Ces deux programmes font l’objet d’une adaptation pour la télévision française. En tant que soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan, les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo…

 

Ses enregistrements parus chez harmonia mundi en solo et en duo avec le pianiste Pascal Amoyel ont tous été distingués par la critique nationale et internationale : Cannes Classical Award, Diapason d’Or de l’année, Choc de Classica, ffff de Télérama 10 de Répertoire-Classica… Emmanuelle Bertrand est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et dirige le Comité Artistique du Festival de Violoncelle de Beauvais.

 

Son nouvel enregistrement consacré à Chostakovitch (avec le BBC National Orchestra of Wales et Pascal Amoyel), paru en mars 2013 chez Harmonia Mundi. a reçu le Prix du Syndicat de la critique musicale allemande, un Gramophone Choice, Choc de Classica, 10/10 de Classics Today, 5 étoiles de Klassik.com et salué unanimement par la presse internationale. 

 

 

www.emmanuelle-bertrand.com

Gautier CAPUÇON

Gautier Capuçon, né en 1981 à Chambéry, commence le violoncelle à 4 ans et demi et étudie avec Annie Cochet-Zakine, Philippe Muller, puis à Vienne avec Heinrich Schiff.

Il reçoit des premiers prix dans plusieurs concours internationaux, y compris le Premier Grand Prix du Concours International André Navarra à Toulouse. En 2001 il est «Nouveau Talent de l’année» aux Victoires de la musique. Il reçoit le «Borletti-Buitoni Trust Award«et plusieurs fois le «Echo Preis», récemment pour son enregistrement avec Gergiev et pour le Coffret de la musique de chambre de Fauré (en octobre 2012).

Parallèlement, il parfait son expérience au sein de l’Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne avec Bernard Haitink, puis du Gustav Mahler Jugendorchester avec Kent Nagano, Daniele Gatti, Pierre Boulez, Seiji Ozawa et Claudio Abbado.

Il se produit avec les plus grands orchestres dans le monde et collabore régulièrement avec Lionel Bringuier, Semyon Bychkov, Myung-Whun Chung, Gustavo Dudamel, Charles Dutoit, Christoph Eschenbach, Valery Gergiev, Bernard Haitink, Paavo Järvi, Andris Nelsons, Yannick Nézet-Séguin, Leonard Slatkin, Tugan Sokhiev…

 

En 2011/12 grand succès pour ses débuts avec le Philharmonique de Berlin sous la direction de Gustavo Dudamel pour l’Europa Konzert, Chicago, Philadelphia et Boston Symphony/Dutoit, London Symphony/Gergiev au Konzerthaus à Vienne. En 2012/13: il est réinvité par le Los Angeles Philharmonic, Seattle et Chicago Symphony, Chamber Orchestra of Europe, Vienna Symphony, Deutsche Symphony Orchestra et joue en récital et musique de chambre à Paris, Londres, Amsterdam, Moscou, Madrid, Vienne, New York, Washington, Tokyo…

Parmi les points forts de la saison 2013/14: il fera ses débuts avec l’Orchestre de Concertgebouw/Bychkov, le New York Philharmonic/Boreyko et l’Orchestre de la Staatskapelle de Dresde/Eschenbach, à Dresde et en tant que soliste invité au Festival de Pâques de Salzburg. Il sera également avec le Chamber Orchestra of Europe/Haitink à Paris, Amsterdam et au Festival de Lucerne, Munich Philharmonique/Bychkov, Sidney Symphony/Bringuier (tournée Australie), Boston Symphony/Dutoit, Orchestre Philharmonique de Radio France/Bringuier, Orchestre Mariinsky St Petersburg/Gergiev à Paris (Pleyel) et en récital avec récital Yuja Wang (tournée Japon) et Frank Braley (Paris Pleyel, Bordeaux, Chambéry, Lyon, Amsterdam, Bruxelles, La Chaux de Fonds, Vienne, Séoul…).

 

Gautier Capuçon se produit également en récital et musique de chambre dans les festivals majeurs en Europe, comme chaque année au festival de Verbier et au Progetto Martha Argerich a Lugano. Il a pour partenaires Nicholas Angelich, Martha Argerich, Daniel Barenboïm, Yuri Bashmet, Frank Braley, Gérard Caussé, Sarah Chang, Myung Whun Chung, Michel Dalberto, Jérôme Ducros, Hélène Grimaud, Katia et Marielle Labèque, Angelika Kirchschlager, Gabriela Montero, Viktoria Mullova, Mikhail Pletnev, Leonidas Kavakos, Stephen Kovacevitch, Menahem Pressler, Vadim Repin, Antoine Tamestit, Jean-Yves Thibaudet, Maxim Vengerov, Yuja Wang, Nikolaj Znaider, les quatuors Artemis et Ebène, ainsi que son frère Renaud.

 

Discographie: Chez EMI, les Trios de Haydn et Mendelssohn avec Martha Argerich et Renaud Capuçon, le Trio n°2 de Chostakovitch avec Martha Argerich et Maxim Vengerov. Chez Virgin Classics, dont il est artiste exclusif: la musique de chambre de Ravel avec Renaud Capuçon et Frank Braley, des duos avec son frère, les concertos de Haydn avec le Mahler Chamber Orchestra et Daniel Harding («Diapason d’Or» et «Choc» du Monde de la musique), la musique de chambre de Saint-Saëns, de Schubert, les trios de Brahms avec Renaud Capuçon et Nicholas Angelich (Preis der Deutschen Schallplattenkritik – Diapason d’Or – Choc/Monde de la Musique), un récital avec la pianiste Gabriela Montero (Mendelssohn/Prokofiev/Rachmaninov), le concerto de Dvorak avec l’orchestre de la Radio de Francfort et Paavo Järvi, le Double de Brahms avec GMJO et Myung-Whun Chung. Après un DVD live Festival de Salzbourg Triple de Beethoven (Martha Argerich, Renaud Capuçon, l’Orchestre Simon Bolivar et Gustavo Dudamel), les Variations Rococo de Tchaikovsky avec le Mariinsky Theatre Orchestra et Valery Gergiev, l’intégrale Fauré avec N. Angelich, G. Capuçon, M. Dalberto, G. Caussé et le Quatuor Ebène. Prochaine parution: un récital Schubert/Debussy/Schumann/Britten/Carter avec Frank Braley et Saint-Saëns (Concerto N°1 et Muse et le Poète) avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France et Lionel Bringuier.    Vient de paraître un DVD – Concert live avec le Berliner Philharmoniker (Haydn Concerto N°1) sous la direction de Gustavo Dudamel (Deutsche Gramophone).  

 

Depuis 2007 Gautier Capuçon est l’ambassadeur de «Zegna & Music Project», fondé en 1997 comme activité philanthropique pour promouvoir la musique et ses valeurs.

 

Il joue un Matteo Goffriler de 1701.  

 

www.gautiercapucon.com

Lluis CLARET

Né en Andorre en 1951, de parents catalans exilés, Lluis Claret commence ses études musicales à l'âge de 9 ans. Son futur musical sera fortement marqué par son contact avec de grands professeurs tels que Maurice Gendron, Radu Aldulescu et Enric Casals (frère de Pablo Casals) qui, bien que n’étant pas lui même violoncelliste, sera pendant de nombreuses années son principal conseiller musical.

 

Ses rencontres avec Gyorgy Sebok, Eva Janzer et Bernard Greenhouse seront également décisives pour le développement de sa personnalité artistique. Les Premiers Prix des Concours Casals (1976) et Rostropovitch (1977) projettent sa carrière internationale dans les principales capitales d'Europe, Amérique et Asie.

Il est l’invité d’orchestres prestigieux comme le National Symphonie de Washington, la Philharmonie Tchèque, l’English Chamber Orchestra, l’Orchestre National de France et d'autres formations de Tokyo, Séoul, Düsseldorf, Stuttgart, Bamberg, Moscou, Bruxelles, Madrid, Barcelone...Sous la direction de Vaclav Neumann, Mstislav Rostropovitch, Pierre Boulez, Karl Munchinger, Dmitri Kitaienko, Sakari Oramo et George Malcom entre autres.

 

La musique de chambre et la pédagogie sont une partie importante et indispensable de l'activité professionnelle de Lluis Claret. Il a fondé le Trio de Barcelone (1981-1993). Il joue en duo avec le pianiste Josep Colom et collabore souvent avec d'autres prestigieux interprètes dans des Festivals comme Kuhmo, Naantali, Ernen, L'Epau, "Pablo Casals" de Prades, Granada, Séoul... Lluis Claret est professeur à l’ "Ecole Supérieure de Musique de Catalogne", au Conservatoire National de Région de Toulouse et donne aussi des Master Classes en France, Portugal, Belgique, Hollande, Italie, Etats-Unis, Japon et Corée.

Avec Bernard Greenhouse, Lluis Claret dirige un séminaire annuel à l'Abbaye de Fontfroide. Régulièrement, Lluis Claret est invité comme membre des jurys des grands  Concours Internationaux (Rostropovitch-Paris, Paulo-Hesinki, Pablo Casals-Kronberg, Adam-Nouvelle Zélande...) et préside le Concours International "Lluis Claret-Ville de Moguer" (Espagne).

 

Son intérêt pour la musique de son temps l'a amené à travailler directement et personnellement avec Henri Dutilleux, Witold Lutoslawski, Kristof Penderecki, Joan Guinjoan, Iannis Xenakis et Pierre Boulez.

 

lluisclaret.ad

David d'HERMY

Originaire de la région Picardie (il débute ses études musicales à Beauvais), David d’Hermy se forme aux Conservatoires Nationaux de Région de Boulogne-Billancourt et de Paris, et accomplit parallèlement un cursus complet de musicologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne.

En 1992, il entre brillamment au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans les classes d’érudition d’Alain Louvier, Rémy Stricker, Yves Gérard, Alain Poirier et Brigitte François-Sappey où il obtient plusieurs récompenses (premier prix d’Analyse, premier prix d’Esthétique, Diplôme de Formation Supérieure d’Analyse et de Culture Musicales...).

Passionné par tout ce qui à trait à la connaissance de la musique, à son apprentissage et plus généralement à sa transmission, il collabore pendant plusieurs années avec Radio-France et la Cité de la Musique à la rédaction des programmes de concerts, enseigne l’analyse, la formation et culture musicales au Conservatoire à Rayonnement Départemental du Beauvaisis depuis 1994, et se consacre au développement culturel du territorial sous toutes ses formes. 

Jean-Philippe DAMBREVILLE

Enseignement et vie artistique sont indissociables dans la carrière de Jean Philippe Dambreville. 

 

Trompettiste de formation, premier prix des Conservatoires Nationaux de Région de Rouen, Evreux, Paris et de Reims en direction d’orchestre, il enseigne son instrument dès l’âge de 16 ans dans les écoles de musique de la région rouennaise. 

En 1992, il fonde avec de jeunes musiciens professionnels, l’Ensemble de Cuivres de Rouen, et a donné avec celui-ci plus de 200 concerts, notamment à Paris au Théâtre des Champs-Élysées, église Saint-Sulpice, Auditorium Saint-Germain des Prés, Muséum d’Histoire Naturelle, festival du Parc floral du château de Vincennes, Musée des Arts et Métiers, ainsi qu’à l’étranger. 

Il a co-dirigé entre 1999 et 2009, l’Orchestre Pop-Symphonique des Jeunes de La Communauté de l’Agglomération Rouennaise avec lequel il a beaucoup joué en Europe : Conservatoire Sainte-Cécile de Rome, Conservatoire Liceu de Barcelone, Conservatoire de Séville, Grenade, Malaga, Brighton (Grande-Bretagne), à Gdansk (Pologne), Lettonie, Ternie (Italie), Dublin, Belfast, Hanovre... 

Après une maîtrise et un master de musicologie à l’Université de Rouen, il prépare une thèse de 3ème cycle à la Sorbonne, sur le langage harmonique de Béla Bartók. 

Il est, par ailleurs, titulaire des Diplômes d’Etat de professeur de trompette et de direction d’ensembles à vents, ainsi que du Certificat d’Aptitude pour la direction des Conservatoires à Rayonnement Départemental et Régional.

Directeur des Écoles de Musique de Rouen pendant de nombreuses années, il a dirigé pendant 3 années le Conservatoire à Rayonnement Départemental du Beauvaisis et assuré, parallèlement, la coordination du spectacle vivant à la Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Beauvais. 

Il est, depuis octobre 2012, directeur du Conservatoire de la Ville d’Aix-en-Provence. 

Dirigeant régulièrement des formations constituées de musiciens professionnels, il est invité en juin 2007 à la master class internationale de direction d’orchestre « Neeme Järvi Summer Academy » avec l’Orchestre Philharmonique de La Haye sous la direction de Neeme Järvi dans laquelle il dirige le Concerto pour Orchestre de Béla Bartók. En 2008, il dirige le St Petersburg Festival Orchestra dans le cadre du David Oïstrakh Festival, en Estonie, au cours duquel il approfondit sa formation avec Neeme et Paavo Järvi. Il continue de travailler régulièrement avec ce dernier, notamment lors de ses passages à l’Orchestre de Paris.    

Stéphanie Marie DEGAND

Élève à Caen de Jean-Walter Audoli mais aussi d'Emmanuelle Haim, STÉPHANIE-MARIE DEGAND est admise à l'unanimité en 1990 au Conservatoire de Paris dans la classe de Jacques Ghestem où elle effectue un parcours original et remarqué (quatre Premiers prix et un cycle de perfectionnement en violon).

Elle y pose les fondements de sa démarche actuelle en étudiant tant les répertoires romantique et contemporain que baroque et classique, se perfectionnant auprès de William Christie, Patrick Bismuth, Christophe Rousset et Christophe Coin. Depuis, STÉPHANIE-MARIE DEGAND mène une carrière brillante et atypique. Soliste, récitaliste, chambriste mais aussi violon solo très engagé, elle s'attache à rechercher les sonorités et les styles propres à chaque oeuvre du vaste répertoire violonistique. Cette démarche artistique est régulièrement saluée : Grand Prix de l'Adami en 1995, Deuxième Prix du Concours Ferrras-Barbizet en 1997, finaliste au Concours Munich ARD en 1998, Révélation Classique au Midem en 1998, Lauréate de la Fondation Natexis en 1999 et Prix de la Sacem en 2002. En 2005, elle est nommée « Révélation Soliste Instrumental » aux Victoires de la Musique Classique. STÉPHANIE-MARIE DEGAND se produit dans les meilleurs salles et festivals européens, notamment aux côtés de Violaine Cochard, Christophe Rousset, Kristian Bezuidenhout, François-Frédéric Guy, Vahan Mardirossian, Vanessa Wagner, Marc Coppey, Emmanuelle Bertrand et Antoine Tamestit, et avec des orchestres historiques tels que La Chambre Philharmonique, Le King’s Consort, Les Siècles ou Le Parlement de Musique.

Son disque-récital De Biber à Tanguy (Intrada, 2002) a été chaleureusement accueilli par la critique (ffff de Télérama). Elle a également gravé deux concertos du Chevalier de Saint-George (Assai) et le Concerto pour violon et orgue de Haydn avec Olivier Vernet (Ligia).

En 2006 sont parus les Duos pour violon et alto de Mozart avec Pierre Franck (Ligia) ainsi que les Airs allemands pour soprano et violon de Händel avec Carolyn Sampson et le King’s Consort (Hypérion). En 2008, les Sonates et Romances de Schumann avec Olivier Peyrebrune (Ligia) et en 2009 un récital consacré à Théodore Dubois avec Laurent Martin (Ligia). Un récital Mozart-Duphly (avec Violaine Cochard, clavecin) est paru en 2013, alors que le très attendu Concerto pour violon de Tchaïkovski (sous la direction de Vahan Mardirossian) vient d’apparaître chez les disquaires.

En 2014 sortira un enregistrement des Sonates et Partitas pour violon seul de Bach. STÉPHANIE-MARIE DEGAND est depuis 2007 assistante musicale du Concert d’Astrée, qu'elle a co-fondé avec Emmanuelle Haim en 2001.

Elle le dirige régulièrement dans des programmes instrumentaux mais on la retrouve aussi à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Liège, le Jeune Orchestre Atlantique, le Jeune Orchestre de Dijon Bourgogne...

Titulaire du CA, elle enseigne au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. STÉPHANIE-MARIE DEGAND se prépare actuellement à la direction d’orchestre, recevant dans ce domaine les conseils d’Alain Altinoglu et de David Reiland. Elle est actuellement assistante musicale dans la production Mitridate de Mozart menée conjointement par le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et la Cité de la musique.

Elle joue deux magnifiques violons italiens (Catenari 1710 et Gennaro Gagliano 1756).

LES CONCERTS PARISIENS AGENCE ARTISTIQUE | 21 rue Bergère | 75009 Paris | tél 01 48 24 16 97 MARIE-CLAIRE LAVIGUEUR | mariclaire@concertsparisiens.fr

Catherine DUJARDIN

CATHERINE DUJARDIN, Mezzo-soprano est titulaire de deux médailles d’or en chant et Art lyrique du C.N.R de Douai dans la classe de la basse Louis Hagen-William.

Son répertoire éclectique s’étend de la musique de Haendel, Mozart, Rossini, Bizet, Verdi, Wagner et Mahler tant dans les domaines du Lied de l’opéra et de l’opérette que ceux de la comédie musicale à voix, du gospel et de la chanson française.

 

Dernièrement, elle chantait en soliste  des extraits de West Side Story de Léonard Bernstein aux côtés d’artistes de renom dans le cadre des salons littéraires et musicaux de Marcq en Baroeul  et à La Madeleine  dans le spectacle « Berlin, Paris, Broadway : la comédie musicale dans tous ses états».  Passionnée de chansons françaises, elle se produit dans deux spectacles : « Barbara Passion » dans lequel elle chante et raconte Barbara à travers ses chansons, « Du côté de st germain » où elle retrace l’histoire des cabarets  et rend hommage aux grands de la chanson française : Léo Ferré, Cora Vaucaire, Jacques Brel, Boris Vian. Sur scène, son timbre de voix chaud, sa diction  et sa générosité sont très appréciés.  

Elle dirige depuis plus d’une vingtaine d’années la chorale « Art et Culture » de Thumeries, très appréciée dans la région Nord, Pas de Calais. 

Arnon EREZ

Très réputé pour sa sensibilité et virtuosité, ainsi que sa collaboration réussie avec des musiciens mondialement connus, Arnon Erez a gagné une réputation de pianiste exceptionnel.

Erez joue dans un des plus éminents duos du monde avec le violoniste Hagai Shaham, qui est très apprécié par la critique: «Un partenariat exceptionnel... la verve pure du jouer est irrésistible. " - The Gramophone Leur fructueuse collaboration les a couronnés avec le premier prix au Munich ARD International Duo Competition en 1990, qui a conduit à de nombreux concerts et enregistrements. Erez joue également avec les meilleurs musiciens du monde, y compris Shlomo Mintz, Gil Shaham, Maxim Vengerov, David Garret, Arnold Steinhardt, Raphael Wallfisch et Frans Helmerson.

Il a joué dans de nombreuses et majeures salles de concert, y compris Carnegie Hall, New York; Beethoven Halle, Bonn; Alte Oper, Frankfurt; Herkulessall, Munich, Musikverein, Vienne, le Nouveau Auditorium du Louvre à Paris et au Wigmore Hall de Londres. Arnon Erez est apparu dans les principaux festivals du monde entier et, en tant que soliste, il a joué avec plusieurs orchestres dont l’Orchestre Philharmonique d'Israël. En outre, il s’est produit dans de nombreux récitals et il a enregistré pour la radio et la télévision en Allemagne, Autriche, France, Hollande, Israël, Turquie, Mexique et Brésil.

Sa discographie, principalement sur l'étiquette Hyperion, a eu beaucoup d'éloges et a gagné un BBC Music Magazine Choice. Ses enregistrements comprennent la sonate de Grieg; Bloch, sonates et suites; Beethoven, les sonates complètes pour violoncelle et piano; Brahms -Joachim danses hongroises et des œuvres de Hubay, Weiner, Achron, et plus encore.

Arnon fait partie du Trio Shaham Erez Wallfisch - avec le violoniste Hagai Shaham et le violoncelliste Raphael Wallfisch - nouvellement fondé en 2009 et couronné de succès dans toute l'Europe dès le début. Leur premier enregistrement (2012, Nimbus) a été un succès instantané.

Il a été suivi par le second enregistrement (2013, Nimbus - Ravel, Debussy, Fauré), qui a également reçu le plus grand éloge de la critique. Un troisième CD, présentant le répertoire russe, est attendu pour l'automne 2014. Arnon Erez a étudié avec le professeur réputé dans le monde entier Arie Vardi et il a obtenu son diplôme à l'Université de Tel-Aviv. Il a fait aussi des études avancées de musique de chambre avec le Quatuor Guarneri aux Etats-Unis. Actuellement, Erez dirige le Département de Musique de Chambre à l'Ecole de Musique Buchmann – Mehta à l’université de Tel-Aviv.

Christophe GIOVANINETTI

Après des études musicales en France, en Roumanie, et en Allemagne (notamment avec les membres du Quatuor Amadeus), il est fondateur et premier violon du Quatuor Ysaÿe (1984-1995) et du Quatuor Elysée (1995-2013).

Avec ces formations, il a réalisé de nombreux enregistrements pour les firmes Decca, Harmondia Mundi, Philips, Zig-Zag Territoires, et de nombreuses tournées dans le monde, avec des concerts sur des scènes prestigieuses telles que le Carnegie Hall de New York, le Musikverein de Vienne, le Mozarteum de Salzbourg, le Wigmore Hall et le Queen Elisabeth Hall de Londres, la salle du Concertgebouw d’Amsterdam, le Théâtre des Champs Elysées de Paris, etc…

Ses partenaires en musique de chambre ont été Augustin Dumay, Shlomo Mintz, Renaud Capuçon, Maria Joao Pires, Jean Philippe Collard, Frank Braley,  Michel Portal…

En 2013 il enregistre pour la firme Continuo Classics un CD de sonates avec la pianiste et écrivain Izumiko Aoyagi avec qui il a réalisé depuis 2011 trois tournées de concerts au Japon. Parallèlement à sa vie de concertiste, il a également un poste de professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris. Yehudi Menuhin a dit de lui : « je dois à cet ange musicien une des plus pure émotion musicale de ma vie ».

Clément HIMBERT

Clément Himbert étudie le saxophone et la musique de chambre au Conservatoire de Paris (CNSMDP) où il intègre le cycle de doctorat.

Il remporte la bourse Yamaha Music Foundation of Europe pour instruments à vent et, en 2005, le premier prix du concours international Pacem in Terris de Bayreuth. Il se produit en soliste (au Markhaus Opera de Bayreuth, au Parnassos Hall d’Athènes, au théâtre du Châtelet), ainsi qu’en musique de chambre (il est membre fondateur du quatuor Inédits, du trio Futurum et de Double avec Sylvain Rifflet) ou au sein d’orchestres (théâtre du Châtelet, philharmonique de Radio-France).

En dehors des projets du Quatuor Inédits, il créée des œuvres de Ryo Daïnobu, Régis Campo et prochainement de Gérard Pesson. Titulaire du certificat d’aptitude, Clément Himbert enseigne le saxophone au Conservatoire de Saint-Etienne (CRR), et au Sommercampus de Rostock (Allemagne).

Son disque Chemin des Dames, avec la soprano Ute Gfrerer est paru en septembre 2012, et il est un des auteurs de l’ouvrage 1846 – 1942 : naissance d’une école du saxophone, prochainement publié.

Emmanuelle LE CANN

Issue de l'Ecole française du piano, Emmanuelle Le Cann affirme également son attachement à la pédagogie hongroise, ainsi qu'à l'Ecole russe. 

 

Dotée d’une solide formation en Bretagne – au CRD de Brest, puis au CRR de Rennes où elle obtient son Prix à l’unanimité - elle intègre le CNSMD de Paris dans la classe d’Alain Planès et d’Hortense Cartier-Bresson (disciple de György Sebök). 

Nantie de son premier prix de piano et de musique de chambre (classe de Daria Hovora), elle intègre deux cycles de perfectionnement, en pédagogie et en musique de chambre. 

Puis elle suit les cours de Joan Havill à la GuildHall School de Londres, et remporte le Concours international TWYICA. Elle s’est également enrichie auprès de personnalités très contrastées comme André Gorog, Igor Laszko, Sergeï Senkov, Jean-Claude Pennetier, Vlado Perlemuter, Pascal Devoyon, Christine Paraschos, Roland Pidoux, David Walter ou Jorge Chaminé. 

 

Passionnée du travail en profondeur des œuvres de musique de chambre avec des partenaires fidèles depuis plus de dix ans, elle est membre du Duo Le Cann Lejeune, et du Trio Una Corda (CD Russes dans l'âme chez Quantum). Elle a d’ailleurs remporté de nombreux concours internationaux avec ces deux formations (Concours Brahms en Autriche, Premio Vittorio Gui à Florence, Trapani en Sicile, Musique Française à Guérande), et s’est produite en Europe, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et en Afrique. 

Elle joue également en soliste (Orchestre National de Lille, Orchestre Paul Kuentz) à l’occasion de divers festivals, ou dans de prestigieuses salles comme la Salle Pleyel ou le Royal Festival Hall à Londres. Elle partage la scène avec Alexandre Brussilovski, Valérie Aimard, Eric-Maria Couturier, Carole Dauphin... Son disque Gershwin and his French friends chez Arion-Verany a reçu les éloges du Monde de la Musique. 

 

Titulaire du Certificat d’Aptitude, Emmanuelle Le Cann est actuellement professeur et coordinatrice du département piano au CRD de Beauvais et participe régulièrement à des Académies d’été, telles Musicalta à Rouffach, les Rencontres Musicales Internationales des Graves près de Bordeaux ou Florigammes en Auvergne. Elle est régulièrement sollicitée pour des jurys : Cergy-Pontoise, Saint-Maur-des-Fossés, Bobigny, Tours, Aulnay-sous-Bois. 

Mathieu LEJEUNE

Lauréat de nombreux concours internationaux comme Bucarest, Florence, Trapani, Pörtschach en Autriche, Douai ou Guérande, Matthieu Lejeune se produit régulièrement en soliste, en duo (Duo Le Cann-Lejeune), au sein du Trio Una Corda, et dans d’autres formations prestigieuses (Ensemble Intercontemporain, Ensemble Multilatérale, Galliano Septet…).

Ses concerts l’ont amené en Europe, aux Etats-Unis, en Scandinavie, au Moyen-Orient, en Afrique. Passionné de rencontres entre les arts, il a créé plusieurs spectacles mêlant danse, théâtre et musique notamment avec la compagnie Arcal (Ni l’un ni l’autre, Les Epoux).

Il a partagé la scène avec Alexandre Tharaud, François Salque, Eric-Maria Couturier, Alain Brunier, Alexandre Brussilovsky, Guillaume Chilemme, Romano Pallottini, Sonia Wieder-Atherton, Yovan Markovitch, Igor Volochine.

Sa discographie comprend plusieurs enregistrements chez Maguelone, Naïve, Triton et Quantum.  Après trois riches années dans la classe de Roland Pidoux au CNSM de Paris, il s’est vu décerner un premier Prix à l’unanimité en violoncelle et musique de chambre, avant d’intégrer le cycle de Perfectionnement  dans ces deux disciplines. Lauréat de la Fondation Sasakawa, il a étudié deux années dans la classe de renommée internationale de Frans Helmerson à la Hochschule de Cologne, et a obtenu le diplôme de Konzertexam.

Il s’est également enrichi auprès d’autres personnalités du monde musical telles Lynn Harrell (Verbier Festival & Academy), Bernard Greenhouse, Daria Hovora, Maurice Bourgue, Alain Meunier, Jorge Chaminé, André Gorog, Arto Noras.  Matthieu Lejeune a toujours tenu à équilibrer son activité entre interprétation et pédagogie.

Titulaire du Certificat d’Aptitude, il est actuellement professeur au Conservatoire à Rayonnement Régional de Saint-Maur-des-Fossés. Il a également enseigné aux côtés de Philippe Muller au CRD d’Aulnay-sous-Bois. Il est l’invité régulier de plusieurs académies internationales : Festival des Arcs, Musicalp à Courchevel, Rouffach en Alsace, Rencontres Internationales des Graves à Bordeaux.

Les conservatoires régionaux et supérieurs le reçoivent fréquemment dans leurs jurys et nombre de ses élèves ont été admis dans les grandes écoles européennes (CNSM de Paris, de Lyon, HEM de Genève, Conservatoire Royal de Bruxelles, Hochschule de Freiburg, Stuttgart).

Diana LIGETI

A la suite de ses études musicales en Roumanie, Diana Ligeti est admise au CNSM de Paris en 3ème cycle, (cycle de perfectionnement) dans les classes de Klaus Heitz (violoncelle) et de Christian Ivaldi. (musique de chambre).

Elle suit des nombreuses Master-classes de violoncelle et de musique de chambre avec Yo Yo Ma, Janos Starker, Siegfried Palm, Radu Aldulescu, Michel Strauss, Sigmund Nissel…..Diana Ligeti complète ses études musicales à l’Université de Paris IV (Sorbonne) où elle obtient une Maitrise de musicologie.

Remarquée par Lord Yehudi Menuhin, elle se perfectionne à l'International Menuhin Music Academy de Gstaad en Suisse. Diana Ligeti est titulaire du CA de violoncelle et de musique de chambre. Finaliste du concours de l’ARD de Munich en 1992, elle gagne la même année le 1er Grand Prix au Concours International de violoncelle de Douai.

En 1996, elle remporte avec le « Trio Ligeti » le 1er prix au Concours International de Musique de Chambre d'Osaka, au Japon. Diana Ligeti a une longue expérience de soliste et de chambriste et joue dans le monde entier avec des partenaires prestigieux comme Martha Argerich, Boris Berezovsky, Bruno Giuranna, Christian Ivaldi, Philippe Entremont, Chang-Cook Kim, etc.

Elle est membre des ensembles « Musique oblique » et « Calliopée ». Diana Ligeti a enregistré pour Arion, Polymnies, Leman classics, Japan Chamber Music Foundation, Alphae, Warner… des disques qui ont remporté les éloges de la critique dont un FFFF de « Télérama », un Choc du « Monde de la musique » et un Diamant de « Opéra magazine ».

Diana Ligeti est professeur au CNSMD de Paris et enseigne aux Ecoles d’art Américaines de Fontainebleau. Elle donne régulièrement des Master-classes en Europe et au Brésil.

Passionnée de lutherie contemporaine, Diana Ligeti joue un violoncelle de David Ayache (Montpellier 2001) et un archet de Pierre Grumberger.

Frédéric LODEON

Frédéric Lodéon est né le 26 janvier 1952. Au Conservatoire de Paris, il obtient en 1969 et 1970 les Premiers Prix à l’unanimité de Violoncelle et de Musique de chambre (classes d’André Navarra et de Jean Hubeau).

Il remporte en 1972 le Premier Grand Prix du Concours International Maurice Maréchal; deux fois Prix du Président de la République,  Premier Prix du Concours International Mstislav Rostropovitch (seul Français à ce jour), il a enregistré les concertos pour violoncelle de Vivaldi, Haydn, Boccherini, Schumann, Lalo (avec le Philharmonia Orchestra dirigé par Charles Dutoit, Grand Prix de l’Académie Charles Cros avec Epiphanie de Caplet, création discographique mondiale)… Les sonates de Schubert, Chostakovitch, Priokofiev, Strauss, Mendelssohn…avec Daria Hovora, les trios de Schubert, Ravel avec Augustin Dumay et Jean-Philippe Collard, Schumann, Brahms, Tchaïkovski (Prix de l’Académie du Disque Français qu'il partage avec Pierre Amoyal et Pascal Rogé)… 

Depuis 1990, il se consacre à la direction d’orchestre avec grand succès ; au nombre de ceux qu’il a dirigés, citons notamment : l’Orchestre National de Lyon, du Capitole de Toulouse, de Bordeaux Aquitaine, Philharmonique de Marseille, de Strasbourg, la Philharmonie de Lorraine, l’Orchestre National de Chambre de Toulouse, les orchestres d’Auvergne, de Bretagne, de Haute et Basse Normandie, de Picardie, Cannes P.A.C.A., Grenoble, Nouvel Orchestre Symphonique Européen, les Solistes de Montpellier-Moscou, La Philharmonie de Chambre de Bavière, l’Orchestre Leopoldinum de Wroclaw, l’Ensemble Orchestral de Paris, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, l’Orchestre de la Radio de Bucarest, l’Orchestre Philharmonique de Taipei, l’Orchestre National de France... Il a enregistré pour Cascavelle les Suites de Carmen et la symphonie en ut de Georges Bizet, à la tête de l’Orchestre National Bordeaux Aquitaine.  Frédéric Lodéon a participé à un nombre impressionnant d’émissions de radio et de télévision, où, en plus de son immense talent de musicien, sa grande facilité de parole et sa bonne humeur communicative lui ont gagné le cœur de beaucoup d’auditeurs et de téléspectateurs, même non mélomanes.

En 1987, il assume le double rôle de musicien et de présentateur du concert donné à Pleyel pour les soixante ans de Mstislav Rostropovitch. Depuis dix ans, il  coanime sur France 3 les Victoires de la Musique Classique.  1990 : FR3 lui confie une série d’émissions  « Musique, Maestro ! » (dimanche, 20•30). Sur France Inter, depuis 1992 Frédéric Lodéon est producteur et animateur de l’émission quotidienne « Carrefour de Lodéon » qui remporte un succès sans précédent (16•00 - 17•00); cette émission a reçu les Lauriers du Club de l’Audiovisuel en 1999. Citons encore sur France Inter, les « Grands concerts de Radio France » (dimanche, 21•00). Avril 2001 : Frédéric Lodéon reçoit le Grand Prix du meilleur animateur radio de l’année « Anima 4 », décerné par la Communauté des Radios Publiques de Langue Française, pour son "Carrefour de Lodéon".  De septembre 2000 à juin 2006, France  Musique l’invite à produire une émission de critique de disques, « Le pavé dans la mare » (mais la tête dans la partition), diffusée le dimanche.

Depuis septembre 2006, il produit pour cette chaîne « Plaisirs d’amour », (samedi de 14•00 à 16•00), libre parcours à travers les œuvres du répertoire et les interprétations les plus marquantes.  Mars 2007, il reçoit le Prix Richelieu de Défense de la Langue Française.  Les plus grands artistes ont exprimé leur admiration pour ce musicien : Mstislav Rostropovitch, Martha Argerich, Pierre Fournier, Ruggero Raimondi, Yehudi Menuhin...  Frédéric Lodéon est Chevalier de la Légion d’Honneur et Officier des Arts et des Lettres. 

Carmen MARTINEZ

Après avoir été élève de Manuel Carra, Carles Marquès et Luiz de Moura Castro, la pianiste espagnole Carmen Martínez se perfectionne auprès de Joaquín Achúcarro, Paul Badura-Skoda, Josep Colom, Enrique Santiago, Nina Svetlanova, Claude Helffer...

Elle est remarquée par la critique pour sa « profonde et vraie sensibilité » et sa capacité naturelle à révéler
« le visage caché de la musique ». Sa soif de nouvelles expériences artistiques ainsi que sa vaste culture l’amènent naturellement à imaginer des spectacles pluridisciplinaires réalisés en collaboration avec des acteurs, des chorégraphes et des artistes plasticiens.

Sa création multimédia « Sati’Erik, ou les Croquis et Agaceries d’un Gros Bonhomme en Bois » (en co-production avec l’Institut Français de Barcelone et les compagnies Raoul Printemps et Ros de la Grange de Lyon, 1991) lui a valu d’être qualifiée alors de « pianiste qui bouscule les habitudes » (Le Figaro). Récemment elle a créé « L’Aleph » du compositeur catalan Carles Guinovart (sur un texte de Borges), avec l’acteur Manu Fullola.

En tant que soliste Carmen Martínez aime aborder des répertoires rares. En 1997, son disque consacré à aux femmes compositrices (en duo avec la violoniste roumaine Rodica Monica Harda) a reçu d’excellentes critiques.

Plus récemment, elle a commencé l’enregistrement de la musique de Frederico Mompou. Dans le domaine de la musique de chambre, Carmen Martínez collabore avec les violonistes Clara Cernat et Pavel Vernikov, l’altiste Alan Kovacs, le violoncelliste Alain Meunier, le flûtiste Aurèle Nicolet, le clarinettiste Michel Lethiec, la mezzo Marie-Paule Milone, les pianistes Denis Pascal et Thierry Huillet, les percussionnistes Angel Pereira et Philippe Spiesser...

Elle se produit régulièrement en duo avec le violoncelliste espagnol Ángel Luis Quintana avec qui elle a enregistré en 2009 des œuvres de Cassado, Falla, Nin, Ginastera, Piazzola. Profondément attirée par le jazz, elle travaille, avec le pianiste et compositeur Manel Camp, à un projet de fusion entre la musique baroque et le jazz (à deux pianos): « When Baroque meets Jazz... ».

Très active également dans le domaine de la presse musicale Carmen Martinez a publié des interviews des plus grands interprètes (Pollini, Barenboïm, Lutoslawsky, Mintz, Inbal, Hogwood, Van Dam, Sebok…) et des articles sur l’opéra contemporain, les écoles pianistiques...

Pédagogue recherchée, elle donne des cours, des conférences et des séminaires sur des sujets très divers. Elle est aussi invitée comme jury dans de nombreux concours internationaux.

Carmen Martinez est aussi directrice de l’Académie et du Festival International de Musique Pirineos classic & Jazzetania, qui a lieu dans les Pyrénées Aragonaises.

Lucio MELIS

Accordéoniste, trompettiste, clavier, chanteur, Lucio Melis se consacre très tôt à la musique en commençant par l’accordéon et l’alto mib.

 

Il intègre le conservatoire de Douai où il obtient plusieurs médailles en solfège, chant, trompette, ensemble de cuivres, harmonie, contrepoint et le prix  de la SACEM. Diplômé en musicologie à la Sorbonne, il obtient le CAPES en éducation Musicale et Chant Choral. Parallèlement à sa carrière d’enseignant et chef de chœur, il dirige l’orchestre d’harmonie de la ville de Douai et se consacre au spectacle vivant. 

Thierry PELICANT

 Né en 1957 à Sainte Adresse (Haute Normandie), Thierry Pélicant décide de se consacrer à la direction d’orchestre à la suite de sa rencontre avec Jean-Claude Hartemann, directeur de la musique à l’Opéra Comique et de la réunion des Théâtres Lyriques Nationaux. 

 

Passionné de musique française, il redonne les œuvres perdues ou oubliées de Gossec, Boïeldieu, Méhul, Philidor, et dirige la création mondiale de la Suite parnassienne de Massenet à Paris et au Festival de Saint-Etienne (cette œuvre a fait l’objet d’un enregistrement pour les éditions Malibran). 

 

En 1981, il devient le 33e chef de l’Orchestre Philharmonique du Département de l’Oise « Le Concert » avec lequel il donne plus de cent-cinquante concerts en France et à l’étranger. 

 

Thierry Pélicant est également compositeur. Il a écrit grand nombre d’œuvres concertantes pour orgue, hautbois, basson, pour cuivres, contrebasse, piano, mais aussi des symphonies, des opéras (Élise et le fantôme, Ribouldingue ou La Parturition des Pieds Nickelés), des mélodies pour soprano, harpe et orchestre, un oratorio de Noël ou encore de la musique de chambre. Il a publié son premier roman, « Carnets de Walter Crane », en janvier 2005.  

Xavier PHILLIPS

Xavier Phillips est né à Paris en 1971. À quinze ans, il entre au CNSM de Paris dans la classe de Philippe Muller et obtient un Premier Prix en 1989. Il remporte plusieurs prix internationaux (Deuxième Prix et Prix Spécial des Jeunesses musicales de Belgrade, Prix Spécial au Concours Tchaïkovski de Moscou, Troisième Prix et Prix Spécial au Concours Rostropovitch à Paris et Premier Prix à l’unanimité au 1er Concours d’Helsinki).

Sa rencontre avec Mstislav Rostropovitch, l’ayant particulièrement remarqué lors de son concours, est déterminante et marque le début d’une longue collaboration au cours de laquelle Xavier Phillips se perfectionne auprès du maître. Il est rapidement appelé à se produire sur les plus grandes scènes internationales avec des orchestres prestigieux : New York Philharmonic Orchestra, Chicago Symphony, Mariinsky Orchestra, Orchestre National de France, Orchestre de Paris, Rundfunksinfonieorchester Berlin, Orchestre Philharmonique de Radio France, le Berliner Symphoniker, Houston Symphony, BBC Scottish Orchestra, Orchestre de la Suisse Romande, Orchestre philharmonique de la Scala, sur l’invitation de chefs illustres tels que Mstislav Rostropovitch, Riccardo Muti, Valery Gergiev, Kurt Masur, Christoph Eschenbach, James Conlon, Jesus Lopez-Cobos, Marek Janowski, Serge Baudo, Vladimir Spivakov, Vladimir Fedosseyev, Ion Marin, Kazushi Ono, Gunther Herbig, Eliahu Inbal. En 2013/14/15 Xavier Phillips se produit avec l’Orchestre de Paris dans le Concerto de Lalo sous la direction de Paavo Järvi, à la Salle Pleyel ainsi qu’en tournée en Chine. Il est le soliste de Shelomo de Bloch avec l’Orchestre Philharmonique de Radio France sous la direction de Fabien Gabel à la Salle Pleyel. Il est également au Konzerthaus de Berlin avec le Rundfunk Sinfonieorchester ainsi qu’à la Cité de la Musique dans le 2ème Concerto de Chostakovitch, et joue en soliste avec le Seattle Symphony Orchestra et le Florida Orchestra sous la direction de Ludovic Morlot et Stefan Sanderling. En France, il est également le soliste de l’Orchestre National de Lorraine dans le Concerto d’Elgar, de l’Orchestre de Pau dans le Concerto de Dvorak, de l’Orchestre National des Pays de la Loire dans le 1er Concerto de Chostakovitch, de l’Orchestre Les Dissonances à la Cité de la Musique dans le 1er Concerto de Chostakovitch. Il joue à plusieurs reprises l’intégrale de la musique de chambre pour piano et cordes de Beethoven au concert avec le violoniste Tedi Papavrami et le pianiste François-Frédéric Guy, notamment au Printemps des Arts de Monte Carlo, au Festicval Berlioz de la Côte Saint-André, ainsi qu’à l’Arsenal de Metz. Il joue à plusieurs reprises le Triple Concerto de Beethoven avec le pianiste Igor Tchetuev et la violoniste Fanny Clamagirand, au Festival Beethoven de Bogota, ainsi qu’au Festival International de Colmar avec le Russian National Philharmonic Orchestra sous la direction de Ken-David Masur.

Son prochain disque avec orchestre sera consacré au Concerto pour violoncelle « Tout un monde lointain » d'Henri Dutilleux avec le Seattle Symphony Orchestra sous la direction de Ludovic Morlot. Après ses débuts très remarqués avec l’Orchestre de Paris en septembre 2001, Mstislav Rostropovitch l’invite à jouer sous sa direction la Symphonie Concertante de Prokofiev avec le Washington National Symphony Orchestra et le New York Philharmonic. C’est encore sous la direction de son mentor M. Rostropovitch, et moins d’un an après que Xavier Phillips effectue ses débuts avec le Chicago Symphony Orchestra dans les Variations sur un thème rococo de Tchaïkovski. Ces dernières années, il est invité par l’Orchestre de Paris, et joue « Tout un monde lointain » d’Henri Dutilleux, en présence du compositeur, qui dira de lui: "Xavier Phillips possède admirablement cette oeuvre et sait traduire toute l’essence de ce monde lointain". C’est dans ce même concerto qu’il se produit sous la direction de Valery Gergiev avec l’orchestre du Théâtre Mariinsky à Saint-Pétersbourg. Sa discographie éclectique et variée est très remarquée et chaleureusement saluée par la critique.

Il obtient un “Choc” décerné par le magazine Le Monde de la Musique pour les enregistrements suivants : Impressions (disque consacré à Ravel, avec son frère Jean-Marc Phillips-Varjabedian et Emmanuel Strosser, chez Warner Classics), Kodaly (Harmonia Mundi/Lontano) avec son frère, Works for Cello & Orchestra (Lalo, Fauré, Caplet chez EMI Classics), Sonates de Schnittke, Chostakovitch et Prokofiev avec le pianiste Hüseyin Sermet (Harmonia Mundi), ainsi que le Grand Prix du disque pour la musique de chambre d’Albéric Magnard (Auvidis Valois). Il est à noter que le disque Armenia, consacré à la musique arménienne d’hier et d’aujourd’hui, (avec Jean-Marc Phillips-Varjabédian et Vahan Mardirossian chez Warner Classics) a remporté le "Choc de l’année 2007". Parallèlement à ses activités de soliste, Xavier Phillips, soucieux de partager et de transmettre son savoir, consacre une grande partie de son temps aux activités pédagogiques. Il occupe depuis 2013 un poste de Professeur à la Haute Ecole de Musique de Sion, site de Lausanne. Xavier Phillips réserve également une place privilégiée à la musique de chambre qu’il aime partager avec des artistes tel que Schlomo Mintz, François-Fréréric Guy, Tedi Papavrami, Jean-Marc Phillips-Varjabédian, Régis Pasquier, David Grimal, Emmanuel Strosser, Vahan Mardirossian, Igor Tchetuev, Vanessa Wagner, Romain Guyot...

Xavier Phillips joue un violoncelle de Matteo Gofriller de 1710.

 

http://www.xavierphillips.com/

Philippe PORTEJOIE

Philippe PORTEJOIE a étudié le saxophone au CNR de Nantes avec Jean-Pierre MAGNAC, puis au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris avec Daniel DEFFAYET.

Il a remporté de nombreux prix en tant que soliste et chambriste (Léopold Bellan, Concours International de l’UFAM, Concours International de Musique de Chambre de Paris, Concours International d’Aix-les Bains …).

Il a joué et enregistré avec les plus grands orchestres français et étrangers (Orchestre de Paris, Orchestre National de France, Orchestre Philharmonique de Radio-France, Orchestre Colonne, Orchestre d’Ile-de-France, Orchestre de l’Opéra,Orchestre de Toulouse, Orchestre des Pays-de-Loire, Philharmonie Slovaque, Orquesta Sinfonica de Bogota …) avec de nombreux chefs (Jeffrey TATE, Myu-Wung CHUNG, Michel PLASSON, Peter EOTVOS, Luciano BERIO, Marek JANOWSKY, Kurt MAZUR,Marc SOUSTROT, Pierre DERVAUX, François CARRY, …).

Il a joué plusieurs fois en soliste avec orchestre (Orquesta Sinfonica de Bogota, Summer Band Festival de Jeju en Corée du Sud, Orchestre de Bratislava …) et en musique de chambre (Guy TOUVRON, Ariane JACOB, Henri BOK, Sylvie HUE, Christophe ROY, Xavier PHILLIPS, Romain LELEU, Pascal VIGNERON…)

Depuis 1986, il partage ses activités musicales entre le Duo saxophone-piano, qu’il a formé avec Frédérique LAGARDE (9 CD enregistrés et plus de 250 concerts, à l’heure actuelle) et le Big Band de Claude BOLLING où il tient le rôle de 1er saxophone alto (plus de 500 concerts et une dizaine de CD enregistrés).

Philippe PORTEJOIE partage en effet son activité de musicien entre la musique classique, le jazz et parfois le cinéma ou la télévision (Claude LELOUCH-Hasards et coïncidences, Christophe BARRATIER-Cabaret 36, Corinne TOUZET-Valentine et compagnie, Michel HAZANAVICIUS-OSS 117 Rio ne répond plus, Serge BROMBERG et Ruxandra MEDREA-L'enfer d'Henry-Georges Clouzot, César 2010 du meilleur film documentaire…).

Il a joué avec les plus grands jazzmen (Phil WOODS, Clark TERRY, Dizzie GILLESPIE, Stéphane GRAPELLI, Didier LOCKWOOD, John FADDIS, John HENDRYX, Benny BAILEY, Roger GUERIN, Martial SOLAL, Gérard BADINI, Claude TISSENDIER, Marcel AZZOLA, Sylvain KASSAP, François CASTIELLO …) et joué dans le monde entier (USA, Puerto Rico, Colombie, Mexique, Salvador, Ecosse, Allemagne, Italie, Espagne, Belgique, Suisse, Tchéquie, Slovaquie, Slovénie, Norvège, Suède, Corée du Sud, Algérie, Maroc, Cote d’Ivoire , Île de la Réunion, Canada, Taiwan, Lettonie, Guadeloupe, Brésil…).

Il a de temps en temps des activités d’arrangeur, pour Claude BOLLING, Michel DELAKIAN, Marcel AZZOLA  et il est membre de la SACEM (compositeur et arrangeur). Sa musique est éditée chez Leduc et Delatour.

Il a eu également une grande expérience de musicien de quatuor de saxophones au sein des quatuors Gabriel PIERNE , Jean LEDIEU et actuellement le Quatuor INEDITS. De nombreux compositeurs ont écrit pour lui, en Duo saxophone-piano et en Trio avec clarinette, le trio « Paronymes » avec Sylvie HUE (Roger BOUTRY, Pierre-Max DUBOIS, Lucie ROBERT, Trygve MADSEN, Gérard GASPARIAN, François ROSSE, Roger LERSY, Alain MARGONI, François RAUBER, Igor KATAEV, Richard PHILLIPS, Timothy HAYWARD, Joe MAKHOLM, Jean-Claude HENRY, Anthony GIRARD,Jean-Christophe VILAIN,Stan LAFERRIERE, Dimitri TCHESNOKOV…), ou en soliste (Concerto pour saxophone et trompette de Trygve MADSEN, Concerto Giocoso d'Alain MARGONI). Philippe PORTEJOIE a été nommé Professeur de saxophone au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris en 1995.

Des étudiants du monde entier viennent se perfectionner auprès de lui. Il est également professeur titulaire au CRD d’Evry-Centre-Essonne depuis 1987.

Il donne souvent des masterclasses en France et à l’étranger (Académie Internationale d’été de Nice, Stage de Labaroche, Rencontres Musicales de Lorraine, Académie Internationale de Flaine, Académie Internationale de Colombes, Conservatorio de Puerto Rico, Universités Javeriana et Nacional de Bogota et Antioquia de Medellin, Conservatoire Janacek d’Ostrava, Conservatoire Royal d’Oslo, Université de Séoul, Université de Taipei , Festival de Curitiba, Cafam de Bogotà…). Philippe PORTEJOIE joue exclusivement les saxophones JUPITER, les becs Selmer et Vandoren. Il est également soutenu par les Sociétés Rico-D'addario, Feeling-Musique et la SPEDIDAM.

François-Xavier ROTH

François-Xavier Roth est l'un des chefs les plus charismatiques et entreprenants de sa génération.

 

Depuis septembre 2011, François-Xavier Roth est Chefdirigent du SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg. Il est également Associate Guest Conductor du BBC National Orchestra of Wales et il entretient par ailleurs des relations privilégiées avec le London Symphony Orchestra et l'Ensemble InterContemporain qu'il dirige régulièrement. Le répertoire de François-Xavier Roth s'étend de la musique du 17ème siècle aux créations contemporaines, du répertoire symphonique ou lyrique à la musique d'ensemble.

En accord avec cette démarche, il crée en 2003 "Les Siècles", orchestre d'un genre nouveau, jouant chaque répertoire sur les instruments historiques appropriés.

Leur dernier disque Stravinsky vient d'être élu Disc of the Year dans le Times, Editor's choice dans le BBC music Magazine & Gramophone et a remporté le prestigieux prix Edison Klassiek 2012 aux Pays-Bas.

Leur enregistrement Bizet-Chabrier a été récompensé d'un Diapason d'Or par la revue du même nom et a reçu 5 étoiles dans le magazine allemand Fono Forum. Cinq opus sont déjà sortis dans leur label Les Siècles Live en coédition avec Musicales Actes Sud : La Symphonie Fantastique de Berlioz, Saint-Saëns (Symphonie n°3 et Concerto pour piano n°4), les Trames 2, 4 & 8 de Martin Matalon, L'Oiseau de Feu d'Igor Stravinsky et le Concerto pour piano n°2 de Théodore Dubois. Les Siècles ont également créé leur propre émission, "Presto !", qui a été diffusée chaque semaine, durant ces trois dernières années, sur la télévision nationale française (France 2) devant plus de quatre millions de téléspectateurs. Ses récentes et futures activités comprennent le London Symphony Orchestra, le Rotterdam Philharmonic, une tournée au Japon avec le SWR Sinfonieorchester Baden-Baden und Freiburg, le Bergen Philharmonic, l'Ensemble InterContemporain, mais aussi le Finnish Radio Symphony Orchestra, le Gulbenkian Orchestra, le Munich Chamber Orchestra et Les Siècles avec des concerts à la Philharmonie de Cologne, au Klara Festival de Bruxelles, au Reinghau Festival et à l'Accademia Nazionale Santa Cecilia de Rome. Impliqué également dans la direction d'opéras, les productions de Mignon d'Ambroise Thomas et des Brigands d'Offenbach à l'Opéra Comique de Paris ont été acclamées par la critique.

Dans les saisons à venir, François-Xavier Roth dirigera Lakmé de Léo Delibes en 2014 et le Vaisseau Fantôme de Richard Wagner en 2015. 

Didier SANDRE

Depuis trente ans Didier Sandre participe aux grandes aventures du théâtre subventionné avec Catherine Dasté, Michel Hermon, Bernard Sobel, Jorge Lavelli, Jean-Pierre Miquel, Jean-Pierre Vincent, Maurice Béjart, Giorgio Strehler, Patrice Chéreau, Luc Bondy et Antoine Vitez.

En 1987, le Syndicat de la critique lui a décerné son prix du meilleur acteur pour Madame de Sade de Mishima, Le Mariage de Figaro de Beaumarchais et Le Soulier de Satin de Claudel. En 1996 il a reçu le Molière du meilleur acteur pour le rôle d’Arthur Goring dans Un Mari idéal d’Oscar Wilde.

Il joue régulièrement dans des productions du théâtre privé, Le partage de midi de P. Claudel, Le chemin solitaire de A. Schnitzler, Célimène et le Cardinal de J. Rampal, Dîner entre amis de D. Marguliès, Becket ou l’honneur de Dieu de J. Anouilh, les Couleurs de la vie de A. Bovell.

Récemment il a joué dans Bérénice de Racine mis en scène par L. Wilson au Théâtre de Chaillot à Paris, le Laboureur de Bohême de Johann von Saaz au TNP mis en scène de Ch. Schiaretti. Monsieur Chasse de G. Feydeau et La femme d'avant de R. Schimmelpfennig au Théâtre des Célestins de Lyon mis en scène par Cl. Staviski, « Ma vie avec Mozart » de E.E. Schmitt au Théâtre Montparnasse mis en scène par Ch. Lidon, La danse de mort de A. Strindberg mis en scène par H. P. Cloos au théâtre de la Madeleine à Paris, La Cerisaie de A. Tchékhov, mise en scène par A. Françon au Théâtre de la Colline à Paris, RER de J.M. Besset au Théâtre de la Tempête à Paris.  Au cinéma, on a pu le voir dans Petits arrangements avec les morts de Pascale Ferran, le Conte d’automne d’Eric Rohmer, le Mystère Paul d’Abraham Segal, et plus récemment dans Montparnasse, Melody Lane de Mikhaël Hers, 38 témoins de Lucas Belvaux. Parmi de nombreux téléfilms, dont Passion interdite, Une famille formidable, Saint-Germain ou la Négociation de Gérard Corbiau, Le sang noir de Peter Kassovitz.

Il était Louis XIV dans L’Allée du Roi et le Baron de Charlus dans « A la recherche du temps perdu » réalisés par Nina Companeez. Il vient d’achever le tournage de Un jour mes princes viendront d’Agnès Jaoui et reprendra la saison prochaine « Collaboration » de Ronald Harwood, crée cet automne, qui relate la rencontre entre Stefan Zweig et Richard Strauss pour l’opéra « La femme silencieuse » en tournée puis au Théâtre de la Madeleine.  

Didier Sandre participe régulièrement à de nombreux concerts qui intègrent un récitant dans des oeuvres de répertoire (l'Histoire du Soldat – Stravinsky-Ramuz, Le Martyr de Saint Sébastien – Debussy-D'annunzio, Egmont – Beethoven-Goethe, le Roi David – Honegger-Morax, La trahison orale – Maurizio Kagel-Claude Seignolles, Les mains déliées – Michel Decoust-Azéma, Les 7 dernières Paroles du Christ – Haydn-Saint Mathieu, Pierre et le loup- Prokovief, Peer Gynt - Grieg-Ibsen, Histoire de Babar – Poulenc-de Brunhoff, La boîte à joujoux – Debussy-Helle, Concerto pour voix et orchestre de Eric Tanguy ou construits spécifiquement pour la scène (Une saison en enfer - Rimbaud-Liszt, Les liaisons dangereuses – Laclos-Scarlatti, Poète et musicien - Lamartine-Chopin, L'homme aux semelles de vent - Rimbaud-Janacek etc…)

Il a travaillé avec l'Orchestre des Concerts Pasdeloup, l'Orchestre de Paris, l'Ensemble Inter-Contemporain, l'Orchestre de Poitou-Charentes, l'orchestre National de Lyon, sous la direction de Pierre Boulez, Myung Wung Chung, David Robertson, Franz Brüggen, Sylvain Cambrelaing, Jean-François Heisser, Jean-Claude Pennetier, Hervé Niquet, Michaël Levinas etc…

Il travaille également avec des solistes tels que Abdel Rahman El Bacha, Alexandre Tharaud, Jeff Cohen, Michel Béroff, Marie-Joseph Jude, Thierry Eschaich, Pascal Amoyel, David Bismuth, François Chaplin, Jean-François Zygel, Emmanuelle Bertrand ou des formations de musique de chambre telles que le Quatuor Ludwig ou Sine Nomine ou le chanteur François Leroux.  

Didier Sandre est Chevalier des Arts et Lettres et Chevalier dans l'ordre National du Mérite. 

Jacques SCHAB

Elève dans la classe de piano de Jean-Jacques Painchaud au Conservatoire National de Région de Lille, il termine brillamment ses études en 1979 et obtient  5 premiers Prix, ainsi que le Prix du Ministère de la Culture Française.

Ses recherches toujours plus grandes le mènent en Pologne, chère à son coeur, sa seconde patrie. Il se perfectionne pendant 2 ans dans la classe de piano et musique de chambre de Barbara Halska à  l'Académie Supérieure de Musique « Frédéric CHOPIN » de Varsovie. De retour en France, il prend des cours à l'Ecole Normale de Paris dans la classe de piano de Lilia Gousseau et au Conservatoire " Serge Rachmaninov " de Paris dans la classe de Constantin Schmaeling.. Sa dernière grande rencontre fut celle avec le compositeur Ennio Morricone à Rome, où il étudie la composition et  l’orchestration.

Il est pianiste-accompagnateur au Conservatoire de Lille pendant 9 années  et chef de chant à l'Opéra de Lille (saison 1985 à 87). Il déploie tout son talent dans l'accompagnement de chanteurs internationaux : José Van Dam, Elena Vassilieva (enregistrement de 5 Cds chez « Chant du monde », Lionel Erpelding, NobuKo Takahashi, Isabelle Socoja, Florence Lecocq, Thomas Otten (enregistrement de 2 CDS chez Virgin) . Il est chef de chant de « La clef des chants », Association de Décentralisation de l’Art Lyrique dans le Nord/Pas-de-calais, lors des créations « Nuits d’amour à l’Opéra », « Christophe Colomb » , « Nous allons faire un beau voyage » (arrangements et direction d’orchestre), « Orphée aux enfers » (chef d’orchestre) , « balade dans les Airs » (pianiste-chef de chant), « Everglade » direction musicale .  Sa passion pour les musiques nouvelles l'entraîne sur les chemins de l'expérimentation et de l'innovation au sein de     « l'Ensemble Polychromie - Musiques du XXème s » pendant 12 années. Depuis 1995, Il intervient comme pianiste-accompagnateur au centre de psychophonie vocale d'Anne Gilbert . Il se produit en tournées internationales (Espagne, Canada, Allemagne…) avec le choeur d'enfants de la Région Nord/Pas-de-Calais, la « Maîtrise Boréale »   pour laquelle il  réalise des arrangements vocaux. 

Il déploie ses talents d'improvisateur avec La Ligue d'Improvisation  de Marcq-en-Baroeul et tisse des liens complices avec les acteurs lors de matchs et performances d'improvisation.  Fasciné par le cinéma, il compose des musiques de films pour des courts et moyens métrages « Habeas Corpus », « Les pigeons », « Le facteur », « HLA identique », « Arielle ». Membre de la S.A.C.E.M en tant que compositeur et arrangeur, Il compose des musiques de films muets « Schatten » 1919  et « Germinal » 1913, production  Franco-Allemande et aussi des musiques de scène : « Le Menteur » de Corneil, « Le mariage forcé » de Molière, « Malavika » de Kalidasa, « quelqu’un pour veuiller sur moi » de McGinness, « Survivre avec les loups » de Defonseca, « Le Cercle de craie » de Klabund…Il compose la musique du Conte Japonais « Tsuru ou la fille-oiseau » pour voix soprano lyrique, violon, piano et percussions, danse et narrateur. (Festival de Wasquehal 01/2007, Kurzaal d’hellemmes 06/2007).Festival d’Arcachon 12/2007).Actuellement, il est pianiste-chef de chant  de l’Opéra de Lille et dirige l’atelier de musique de chambre à l’Université de Musicologie de Lille III. Il initie de jeunes acteurs à l’expression vocale à l’Ecole Professionnelle Supérieure d’Art Dramatique de Lille (EPSAD. dir :Stuart Seide). Il est pianiste – chef de chant à l’Orchestre National de Lille dir : J.C Casadesus (3ème et 4ème Symphonies de G.Mahler, Symphonie Lyrique de Zemlinsky, Cantate de Bizet, The Desert Music de S.Reich, Hollywood Symphonique, « The Lodger »musique de film – A. Hitchcock…Participe à la Création de « St.Kilda » au Phénix de Valenciennes et dans une pièce de A.Tchehkov « Fleurs tardives » et « Lola blau » de G.Kreisler en tant que pianiste-chef de chant.

 

Hagaï SHAHAM

Affichant une combinaison éblouissante de virtuose technique et de personnalité musicale profonde, Hagai Shaham est reconnu internationalement comme l'un des plus étonnants jeunes violonistes qui ont émergé d'Israël au cours des dernières années.

Hagai Shaham a commencé à étudier le violon à l'âge de six ans et il était le dernier élève du célèbre professeur Ilona Feher. Il a également étudié avec Elisha Kagan, Emanuel Borok, Arnold Steinhardt et le Quatuor Guarneri.

En septembre 1990, Hagai Shaham et son partenaire de duo, Arnon Erez, ont remporté le premier prix au ARD International Music Competition à Munich dans la catégorie duo violon - piano, les premiers concurrents à recevoir ce premier prix tant desiré depuis 1971.

Ses autres récompenses comprennent des premiers prix au concours Ilona Kornhouser, le concours Israeli Broadcasting Authority Young Artist, le concours Tel-Aviv Rubin Academy, quatre Clairmont Awards et une bourse annuelle de l'American - Israel Cultural Foundation. Comme soliste, il a joué avec les plus grands orchestres du monde, y compris l'English Chamber Orchestra, BBC Philharmonic, Royal Philharmonic Orchestra, Royal Liverpool Philharmonic, RTE National Symphony Orchestra of Ireland, l'Orchestre Nationale de Belgique, l'Orchestre Symphonique Française, Taipei, Singapore and Shanghai Symphony Orchestras, SWF Baden-Baden Symphony Orchestra, Slovak Philharmonic et Israel Philarmonic Orchestra sous la direction de Zubin Mehta.

En 1985, il a joué avec Isaac Stern et Pinchas Zukerman dans un concert de gala au Carnegie Hall, après quoi Zubin Mehta l'a invité à jouer le Double Concerto de Brahms au Carnegie Hall. En 2006 il a joué ce concerto encore une fois sous la direction de Mehta, lors des célébrations du 70ème anniversaire de l’Orchestre Philharmonique d'Israël avec le violoncelliste Misha Maisky. Hagai Shaham est très demandé pour des récitals.

Il effectue régulièrement des tournées dans toute l'Europe, en Amérique du nord et centrale et en jouant dans des saisons et festivals de récitals connus à l’international.

En 2009 Hagai a fondé le Trio Shaham Erez Wallfisch avec son partenaire de duo le pianiste Arnon Erez et le célèbre violoncelliste britannique Raphael Wallfisch. Leur premier enregistrement a été un succès instantané pour la presse internationale et le trio a été accueilli dès le début avec beaucoup d'enthousiasme par le public dans toute l'Europe. Leur deuxième enregistrement est sorti en 2013 et a été encore une fois un énorme succès. Un troisième album sortira en automne 2014.

Hagai Shaham a enregistré pour Decca, Chandos, Naxos, Classic Talent et, actuellement, il enregistre pour Nimbus et Hyperion.

Hagai Shaham est professeur à l'école de musique Mehta – Buchanan, à l'université de Tel – Aviv, et de l'université Stony Brook à New York. Ses masterclasses en Europe et en Israël attirent de nombreux étudiants. Avec son collègue et ami, le violoniste Ittai Shapira, il est co-fondateur de la Fondation Ilona Feher.

  

www.hagaishaham.com

Michel SUPERA

Saxophoniste aux multiples facettes, Michel Supéra, issu du CNSM de Paris où il a obtenu un 1er Prix de saxophone, a toujours communiqué avec « les Musiques ».  Il se produit régulièrement en France et à l’étranger avec le Quatuor de Saxophones« Inédits »  Il a joué en tant que soliste ou au sein de prestigieux orchestres : Orchestre de la Radio-Télévision Belge, Orchestre National de Lille, Orchestre Colonne , Orchestre de Douai, la Musique Royale des Guides de Belgique, l’Orchestre de Valenciennes… 

Il est régulièrement invité pour des Master-Class : Pologne, Allemagne, Espagne…et est membre de jury de concours nationaux et internationaux.  Titulaire du Certificat d’Aptitude à l’enseignement du saxophone, Michel Supéra accompagne son parcours saxophonistique d’une intense activité pédagogique : Cefedem de Metz, Rueil-Malmaison, Institut Supérieur de Musique et Pédagogique de Namur, Defedem de Lille, il enseigne actuellement au CRR de Douai et au CRD de Valenciennes.  Il est Co-Directeur-Artistique du Concours Européen ClariSax. 

Il travaille pour le renouveau du répertoire avec des créations de Laurent Petitgirard, Pierre Charvet, Elzbieta Sikora, Frédéric Boulard, Alain Crepin, Sylvain Kassap, Jean-Philippe Vanbeselaere, Jacques Schab, Philippe Portejoie, Olivier Calmel…

www.michelsupera.com

Raphaël WALLFISCH

Raphael Wallfisch est né à Londres dans une famille de musiciens distingués ; sa mère est la violoncelliste Anita Lasker- Wallfisch, et son père, le pianiste Peter Wallfisch. À un âge précoce , Raphaël a été grandement inspiré par Zara Nelsova , et, guidé par une succession de grands maîtres, comme Amaryllis Fleming, Amadeo Baldovino et Derek Simpson, il est devenu évident que le violoncelle devait être au cœur de sa vie . 

 

Tout en étudiant avec le grand violoncelliste russe Gregor Piatigorsky en Californie (Thornton School of Music), il a été choisi pour jouer de la musique de chambre avec Jascha Heifetz dans les rencontres informelles que Piatigorsky organisait à son domicile. À l'âge de vingt- quatre ans, il a remporté le concours international de violoncelle Cassadó Gaspar à Florence. Depuis, il a connu une carrière dans le monde entier, jouant avec des orchestres tels que le London Symphony, London Philharmonic, le Philharmonia, le BBC Symphony, English Chamber Orchestra, Hallé, City of Birmingham Symphony, Gewandhaus de Leipzig, Orchestre Symphonique de Berlin, Westdeutscher Rundfunk, Philharmonique de Los Angeles, Indianapolis Symphony, Orchestre philharmonique de Varsovie, l'orchestre philharmonique tchèque et beaucoup d'autres. 

 

Il est régulièrement invité à jouer dans de grands festivals tels que la BBC Proms, Edimbourg, Aldeburgh, Spoleto, Prades, Oslo et du Schleswig-Holstein.

 

L'enseignement est l'une des passions de Raphael Wallfisch .

Il est très demandé comme enseignant partout dans le monde, et détient des chaires en Suisse à Zürich Winterthur Konservatorium et à Manchester au Royal Northern College of Music.  Sa vaste discographie des enregistrements avec EMI, Chandos, Black Box, ASV, Naxos et Nimbus comprend des œuvres en concert avec Dohnanyi, Respighi, Barber, Hindemith et Martinu, ainsi que Richard Strauss, Dvorak, Kabalevsky et Khatchatourian et un large éventail de concertos de violoncelle britanniques, y compris les œuvres de MacMillan, Finzi, Delius, Bax, Bliss, Britten, Moeran et Kenneth Leighton. Pour le Chandos Walton Festival, il a enregistré le Concerto pour violoncelle écrit à l'origine pour son maître, Piatigorsky. 

 

www.raphaelwallfisch.com

Pierre-Henri XUEREB

Pierre Henri Xuereb obtient un Premier Prix au Conservatoire d’Avignon, puis un Premier Prix au CNSM de Paris en 1975, à l’âge de 16 ans.

Il se perfectionne ensuite à la Juilliard School et à la Boston University, avant de devenir alto solo de l’Ensemble Intercontemporain entre 1978 et 1980, où il joue sous la direction de Pierre Boulez, Claudio Abbado, Daniel Barenboim, Karlheinz Stockhausen, Michael Gielen…

Il est depuis plus de vingt ans professeur d’alto au CNSM de Paris et au Conservatoire de Gennevilliers, et depuis une dizaine d’années au Conservatoire Royal de Musique de Liège ainsi qu’à l’École Normale de Musique de Paris.

Invité régulièrement dans les grands festivals et scènes internationales (Prades, Musicalp Courchevel, Wigmore Hall, Alice Tully Hall – Lincoln Center, Théâtre des Champs-Élysées, Konzerthaus Berlin…), il a plus récemment enseigné et joué au Japon, en Corée du Sud, en Chine (Conservatoire de Pékin)… En soliste, il s’est produit avec l’Orchestre Symphonique de Victoria, le Tel Aviv Symphony, le Prussian Chamber Orchestra, le Belgrade Strings (Dusan Skovran), l’Orchestre Provence – Alpes – Côte d’Azur, l’Israel Sinfonietta, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre Filarmonica Nacional (Venezuela)…

Il anime régulièrement des séminaires et stages d’alto : en 2011 à l’Institut Ysaÿe de Bruxelles, Chioggia (Venise), Ptuj (Slovénie), Courchevel, Le Poët-Laval… Pour 2012, la ville de Saint-Dizier lui demande d’être directeur artistique d’une nouvelle académie-festival. P. H. Xuereb défend avec enthousiasme la musique d’aujourd’hui, et les compositeurs Philippe Hersant, Klaus Huber, Alessandro Solbiati, Jean-Michel Damase… lui ont dédié des œuvres. Au fil des années, ses partenaires privilégiés ont été entre autres : Oleg Kagan, Dejan Bogdanovic, Bruno Pasquier, Gérard Caussé, Natalia Gutman, Janos Starker, Bruno Rigutto, Konstantin Bogino, Emmanuelle Bertrand, Fabrice Pierre, Rachel Talitman, Patrick Gallois, Philippe Berrod, le Quatuor Martinu, le Quatuor Talich…

Chez Talent sort courant 2011 un CD Dvorák (Quintette etSextuor à cordes) avec le Quatuor Martinu.

 

Il a réalisé plus de 60 CD (Deutsche Grammophon, Harmonia Mundi, Talent, Harpandco…). Grand Prix du Disque de l’Académie Charles Cros pour l’intégrale Honneger (Timpani). En juin 2011, il est d’abord à Caracas (Vénézuela), à Malte, puis il est invité à se produire en récital au CCOM International Viola Festival à Pékin.

En août 2011, il crée les Soirées Musicales Gardoises : musique de chambre avec cordes à Uzès et villages avoisinants. Il joue à Londres (Purcell Room) en octobre et dirige – tout en jouant de l’alto – l’Orchestre de Chambre de Belgrade en novembre. En 2011 sortira également un DVD consacré à la musique de Joseph Jongen, où il apparait aux côtés du pianiste Jean-Louis Haguenauer et des altistes Sabine Toutain, Nicolas Bone, Christophe Gaugue.

Le 1er avril 2012, L’Ensemble Contrechamps l’invite à participer à Genève à une rétrospective Klaus Huber, où il jouera Plainte pour viole d’amour solo. En 2012 sortira l’intégrale de la musique pour alto de J. N. Hummel chez Talent, avec à ses côtés Gérard Caussé, Alain Meunier et Angéline Pondepeyre.

 

www.xuereb-viola.com


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association pour le rayonnement du violoncelle