Pour nous contacter

Festival Violoncelle Beauvais

Espace Pré Martinet

17 rue du Pré Martinet

60000 Beauvais

 

Téléphone : 03 44 22 46 04

courriel : contact

Festival 2017

du 12 mai au 21 mai 2017

Adhérer à l'association

Bulletin à télécharger ici

Recevoir gratuitement notre newsletter

Réservations

03 44 22 46 04

Achat billets

Recommandez cette page sur :

Artistes

Pascal AMOYEL

En 2010, Pascal Amoyel est récompensé par un Grand Prix du Disque décerné par la Société Fryderyk Chopin à Varsovie -à l’instar de Martha Argerich et Nelson Freire- pour son intégrale des Nocturnes de Chopin. Le magazine Classica - Le Monde de la Musique a accueilli cet enregistrement comme «un miracle que l'on n'osait plus espérer : tout simplement une version idéale, qu'on écoute bouche bée, en état d'apesanteur, ravi, au sens le plus fort du terme, par tant de beauté...».

En 2009, son interprétation des Funérailles de Liszt est sélectionnée par cette même revue comme l'une des 4 références historiques. Deux ans plus tôt, son enregistrement "Harmonies Poétiques et Religieuses" de Liszt a été élu par la chaîne Arte parmi les 5 meilleurs disques de l'année.

Personnalité hors norme née en 1971, Pascal Amoyel est révélé au grand public en remportant une Victoire de la Musique en 2005 dans la catégorie « Révélation soliste ».

 

Pascal Amoyel montre très tôt des aptitudes pour l’improvisation au clavier sans l'avoir encore étudié. A 10 ans, lorsqu'il débute ses études à l'Ecole Normale de Musique de Paris (classe de Marc André), il est très vite remarqué par György Cziffra qu'il suit en France et en Hongrie.

A 17 ans après un baccalauréat scientifique, il se consacre entièrement à la musique. Il obtient une Licence de concert à l'ENMP puis entre au CNSM de Paris (classe de Jacques Rouvier et Pascal Devoyon) où il obtient en 1992 les Premiers Prix de piano et de musique de chambre. La même année, il devient Lauréat des Fondations Menuhin et Cziffra, puis remporte le Premier Prix du Concours International des Jeunes Pianistes de Paris. Il se perfectionne auprès de Lazar Berman, Aldo Ciccolini, Pierre Sancan, Daniel Blumenthal, Jean-Paul Sevilla, Charles Rosen…

C'est le début d'une carrière internationale qui l'amène à se produire en récital sur les plus grandes scènes d’Europe -Philharmonie de Berlin, Cité de la Musique, Salle Pleyel à Paris, Bruxelles, Amsterdam…-, aux Etats-Unis, au Canada, en Russie, en Chine, au Japon et en Corée, ou en soliste avec l’Orchestre de Paris (enregistrement d’un DVD), les Orchestres Nationaux de Lille, de Montpellier, l’Orchestre Symphonique de la Radio Nationale Bulgare, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, l’Orchestre Philharmonique de Wuhan…

 

Il aime aborder des répertoires peu visités ou mystiques, et s'investit dans la création de formes nouvelles de concert. Il crée notamment le concert-théâtral "Block 15, ou la musique en résistance" (mise en scène Jean Piat) sur la vie de deux musiciens à Auschwitz qui furent sauvés par la musique, et qui a fait l'objet d'une adaptation pour France Télévisions, ainsi que "le pianiste aux 50 doigts, ou l'incroyable destinée de György Cziffra" (mise en scène Christian Fromont), qui a triomphé au théâtre Le Ranelagh et au Festival d’Avignon.

Sa rencontre avec la violoncelliste Emmanuelle Bertrand est essentielle ; depuis 1999, ils forment un duo dont les enregistrements ont obtenu les meilleures récompenses : Cannes Classical Awards, Diapason d’Or de l'Année, «Choc» du Monde de la Musique, 10/10 de Classica...

 

En tant que compositeur, Pascal Amoyel est Lauréat de la Fondation d’Entreprise Banque Populaire 2010. Il est notamment l’auteur du cycle «Job, ou Dieu dans la tourmente» et de «Lettre à la femme aimée au sujet de la mort» (sur des poèmes de Jean-Pierre Siméon) et d'Itinérance (édité au Chant du Monde). Il a collaboré avec des compositeurs tel Olivier Greif et est le dédicataire de plusieurs œuvres (El Khoury, Lemeland, Agobet…).

Professeur de piano et d’improvisation au CRR de Rueil-Malmaison, il s’investit également auprès du jeune public en publiant un ouvrage « Une petite histoire de la grande Musique » (bleu nuit éditeur) et en créant le Juniors Festival dont les enfants furent les acteurs, y compris ceux porteurs de handicap. Toujours désireux de rendre la musique accessible au plus grand nombre, il a produit et animé sur France culture une série d’émissions intitulée « Une histoire de la Musique ».

Il dirige le festival Notes d’Automne, rencontres musicales et littéraires qu’il a créé au Perreux-sur-Marne, et y est le commanditaire de plus d'une vingtaine de créations.

 

Pascal Amoyel s'est vu décerner le Premier Grand Prix International « Arts-Deux Magots » récompensant "un musicien aux qualités d'ouverture et de générosité", ainsi que  le « Prix Jean Pierre-Bloch » de la Licra, récompensant "un artiste et son œuvre dans son rapport aux Droits de l’Homme".

Il est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

 

www.pascal-amoyel.com/fr/

Pauline BARTISSOL

Musicienne éclectique, Pauline Bartissol partage ses activités entre le répertoire d'orchestre qu'elle affectionne (elle est actuellement 2ème violoncelle solo de l'Orchestre Philharmonique de Radio France), la musique de chambre (membre fondateur du trio Salzedo -Frédérique Cambreling, harpe ; Marine Pérez, flute-) et l'enseignement qu'elle pratique actuellement au CNSM de Paris en tant qu'assistante de Marc Coppey.

Sa curiosité sans limite la pousse vers les chemins qui relient les différentes formes de musiques et d'arts (spectacle vivant, théâtre d'objets, duo avec le jazzman Jean-Ch. Richard...) 

Emmanuelle BERTRAND

Élue Artiste de l’année 2011 par le magazine Diapason et les auditeurs de France Musique, Diapason d’Or de l’année pour son disque Le violoncelle parle, Emmanuelle Bertrand a été révélée au grand public par une Victoire de la Musique en 2002.

Formée par Jean Deplace et Philippe Muller dans les Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Lyon et de Paris, lauréate du Concours International Rostropovitch, elle remporte le Premier Prix du Concours de Musique de Chambre du Japon à Tokyo en 1996, le Prix de l’Académie Internationale Maurice Ravel, et devient lauréate de la Fondation d’Entreprise Natexis.

En 1999, sa rencontre avec le compositeur Henri Dutilleux est déterminante : « Son interprétation m’a immédiatement comblé par la transparence de la sonorité, la rigueur rythmique, la perfection technique, le brio du jeu. Je n’hésite pas à dire qu’il s’agit pour moi d’une véritable révélation ».

Son goût pour la création contemporaine lui a permis de créer des œuvres dont elle est aussi dédicataire et parmi lesquelles figurent celles d’Edith Canat de Chizy, de Pascal Amoyel, de Bernard Cavanna (Shanghai Concerto). En 1997, elle crée au Japon la Quatrième Suite pour violoncelle seul de Nicolas Bacri, et en 2000, elle donne en première audition mondiale la dernière œuvre pour violoncelle seul de Luciano Berio : Chanson pour Pierre Boulez.

En 2002, elle se voit décerner le Grand Prix de la Critique par le Syndicat Professionnel de la Critique Dramatique et Musicale récompensant la « Révélation Musicale de l’Année ». En 2014, Thierry Escaich lui dédie son Concerto pour violoncelle commandé par trois orchestres français : l’Orchestre de l’Opéra de Rouen, l’Orchestre Symphonique de Bretagne et l’Orchestre de Picardie.

Passionnée de musique de chambre, membre de l’ensemble des Violoncelles français, elle se produit en duo avec le pianiste Pascal Amoyel. En 2005-2006, ils créent ensemble le concert théâtral Le Block 15, mis en scène par Jean Piat, qui restitue les témoignages de deux musiciens sauvés par la musique lors de la seconde guerre mondiale.

Son nouveau spectacle, Maurice Maréchal : Carnets de guerre, rend hommage au grand violoncelliste français. Ces deux programmes font l’objet d’une adaptation pour la télévision française. En tant que soliste, on a pu l’entendre avec l’Orchestre Symphonique de Lucerne, l’Orchestre Symphonique du Grand Montréal, l’Orchestre National d’Ukraine, l’Orchestre Symphonique d’Etat de Moscou, le BBC National Orchestra of Wales, l’Orchestre Symphonique de Busan (Corée), l’Orchestre Musica Vitae de Suède, l’Orchestre Symphonique de Québec, l’Orchestre Symphonique de la RTV de Slovénie, l’Orchestre Symphonique de Wuhan, les Orchestres Nationaux de Lille, d’Ile de France, de Lorraine, les Orchestres Philharmoniques de Strasbourg, de Monte Carlo...

Ses enregistrements parus chez Harmonia Mundi en solo et en duo avec le pianiste Pascal Amoyel ont tous été distingués par la critique nationale et internationale : Gramophone, Cannes ClassicalAward, Diapason d’Or de l’année, Choc de Classica, ffffde Télérama 10 de Répertoire-Classica...

Emmanuelle Bertrand est Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres et est directrice artistique du Festival de Violoncelle de Beauvais.

Son dernier enregistrement consacré à Chostakovitch a reçu le Prix du Syndicat de la critique musicale allemande, un Gramophone Choice, Choc de Classica, 10/10 de ClassicsToday, 5 étoiles de Klassik.com et a été salué unanimement par la presse internationale.

Ce printemps voit paraître un disque intitulé Chopin 1846, Dernière année à Nohant, alors que son prochain enregistrement consacré à Henri Dutilleux paraîtra à l’automne 2015.

 

www.emmanuelle-bertrand.com

Daniel CUILLER

Daniel Cuiller est violoniste de formation. Ses qualités artistiques, très vite remarquées par le milieu musical classique, lui ont permis de s’engager dans une démarche personnelle en faveur des répertoires historiques, alliant pratique des instruments anciens, recherche, diffusion et production discographique.

En 1982, il crée l’Ensemble Baroque de France qui le mènera cinq ans plus tard à diriger Stradivaria, orchestre spécialisé dans le répertoire baroque et classique. Sa discographie en solo sur l’instrument original (Corelli & Co, A Tre Violini, Fantaisies de Telemann, Concertos de Leclair, Pergolèse, Corrette, Telemann) rejoint la vingtaine d’enregistrements réalisés à la direction de Stradivaria (Universal, Cyprès, K 617, Arion, Mirare) qui vont porter au premier plan ses projets consacrés à la musique ancienne.

Sa carrière de professeur l’a conduit à impulser un mouvement pédagogique fort auprès des classes de musique ancienne de nombreux Conservatoires régionaux (Nantes, Angers, Caen, Rouen, Metz, Nancy, Cergy…) et nationaux (Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Paris et de Lyon) ainsi qu’à Prague, à l’Escorial (Madrid) et à l’Académie Internationale de Sablé (1992-2002). Daniel Cuiller anime régulièrement des masterclasses (Helsinki, Oslo, Rome, Madrid, Montréal, Calcutta, Taïwan, Pékin, Tokyo…).

A la tête de l’ensemble Arion de Montréal, il a dirigé la musique de ballet de Jean-Féry Rebel et reçu deux prix Opus : meilleur concert – meilleur disque de l’année 2006.

La restitution et la création de la tragédie lyrique Pirame et Thisbé de Rebel et Francoeur (Angers Nantes Opéra en 2007) fait suite à ses recherches à la Bibliothèque Nationale de France. Il a écrit la musique de scène de Galantes Scènes (Angers Nantes Opéra, Bruxelles en 2010). 

David D'HERMY

Originaire de la région Picardie (il débute ses études musicales à Beauvais), David d’Hermy se forme aux Conservatoires Nationaux de Région de Boulogne-Billancourt et de Paris, et accomplit parallèlement un cursus complet de musicologie à l’Université de Paris IV-Sorbonne.

En 1992, il entre brillamment au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans les classes d’érudition d’Alain Louvier, Rémy Stricker, Yves Gérard, Alain Poirier et Brigitte François-Sappey où il obtient plusieurs récompenses (premier prix d’Analyse, premier prix d’Esthétique, Diplôme de Formation Supérieure d’Analyse et de Culture Musicales...).

Passionné par tout ce qui à trait à la connaissance de la musique, à son apprentissage et plus généralement à sa transmission, il collabore pendant plusieurs années avec Radio-France et la Cité de la Musique à la rédaction des programmes de concerts, enseigne l’analyse, la formation et culture musicales au Conservatoire à Rayonnement Départemental du Beauvaisis depuis 1994, et se consacre au développement culturel du territorial sous toutes ses formes.

Marion GAILLAND

Marion GAILLAND a étudié le violoncelle à l'ENM de Pau avec O.PETIT puis a poursuivi ses études avec M.Strauss au CNR de Boulogne-Billancourt.

Elle obtient un premier prix du CNSMDP en 1996 dans la classe de Roland Pidoux suivi d'un cycle de perfectionnement. Elle a été membre de l'Orchestre des Jeunes de la Communauté Européenne sous les directions de Carlo Maria GIULINI et Georges PRETRE.

Elle a participé à différents festivals (Les Folles Journées de Nantes, Les Rencontres de Violoncelles de Bélaye, le festival de musique de chambre du Larzac...).Depuis 1999,elle est membre de l'Orchestre Philharmonique de Radio-France et a fait partie du Quatuor RENOIR, lauréat de concours internationaux  

Anne GASTINEL

Anne Gastinel VIOLONCELLE

 

Anne Gastinel commence le violoncelle à l’âge de 4 ans. Elle entre au CNSM de Lyon à seulement 11 ans, elle y remporte le Premier Prix en 1986 et est admise la même année en troisième cycle au CNSM de Paris. Yo-Yo Ma, János Starker et Paul Tortelier, auprès desquels elle se perfectionne et qui marqueront profondément son évolution personnelle et musicale, reconnaissent déjà en elle la maturité d’une artiste à part.

Elle remporte de nombreux prix dans les grands concours internationaux (Scheveningen, Prague, Rostropovitch) et commence dès lors à se produire dans toute l’Europe, définitivement révélée au grand public lors du Concours Eurovision 1990. Sa carrière l’emmène désormais dans les plus belles salles d’Europe, mais aussi du Japon, de la Chine, de l’Afrique du Sud, du Brésil, de l’Indonésie, du Canada, des États-Unis (Pleyel, Schauspielhaus, Champs-Élysées, Musikverein, Suntory Hall, Châtelet, Victoria Hall…). Elle s’y produit aux côtés de grands maîtres tels Yehudi Menuhin, Mstislav Rostropovitch ou Kurt Sanderling ; elle retrouve également au cours de ces voyages les musiciens et compositeurs avec lesquels elle aime échanger : Henri Dutilleux, Emmanuel Krivine, Josep Pons, Vladimir Spivakov, Pinchas Steinberg, Krzysztof Penderecki, Edmon Colomer, Michel Plasson, Yuri Bashmet, Tan Dun, Michaël Schønwandt, etc., laissant aussi une grande place aux musiciens de sa génération - Claire Désert, Éric Tanguy, Justin Brown, Marianne Thorsen, François-Frédéric Guy, Louis Langrée, Pedro Halffter, Philippe Cassard, David Grimal, Alain Altinoglu, Nelson Goerner et tant d’autres. Depuis près de quinze ans, ses enregistrements sont couronnés des plus hautes distinctions.

En 2006, Anne Gastinel reçoit la Victoire de la musique dans la catégorie Soliste de l’année (après avoir obtenu les trophées Jeune Talent & Meilleur enregistrement). Reconnue par les plus grands comme l’ambassadrice du violoncelle, elle est choisie en 1997 par Marta Casals Istomin pour jouer pendant un an le mythique Matteo Goffriller de Pablo Casals et partage désormais avec un Testore de 1690 autant de créations contemporaines que de programmes du grand répertoire.

Elle est professeur au CNSM de Lyon depuis 2003.

 

http://www.naive.fr/#/artist/anne-gastinel

Renaud GUIEU

Né en 1981, Renaud Guieu débute dès l’âge de cinq ans le violoncelle avec François Baduel à l’Ecole Nationale de Musique d’Aix en Provence.

Après avoir obtenu les médailles d’or de violoncelle et de musique de chambre, il est admis en 1998 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris dans la classe de Roland Pidoux.

Il y obtiendra son prix de musique de chambre mention très bien en 2000 dans la classe de Christian Ivaldi et Ami Flammer, et son Diplôme de Formation Supérieure de violoncelle mention très bien en 2002.  Dans le cadre du conservatoire ou de classe de maîtres, il bénéficie également de l’enseignement de Xavier Phillips, Jean-Guilhen Queyras, Alain Meunier, Itamar Golan, Daria Hovora, Valentin Erben et Frans Helmerson.  

Renaud Guieu donne plusieurs récitals de musique de chambre et de violoncelle solo, et a également l'opportunité de jouer avec orchestre, notamment les concertos de C. St-Saens, R. Schumann, ainsi que le triple concerto de L. van Beethoven avec l'Orchestre Lyrique de Région Avignon Provence.

Très attiré par le répertoire de musique de chambre, Renaud Guieu est membre du quatuor à cordes Andrea, ainsi que du quatuor avec piano Gabriel. Roland Pidoux fait appel à lui pour enregistrer un cycle de mélodies de Reynaldo Hahn arrangées pour ensemble de violoncelles, et l’invite depuis 2002 aux Rencontres de violoncelles de Bélaye.

Il réalise également plusieurs arrangements pour l’ensemble de violoncelles les Phil’Art’Cellistes. Depuis 2002, Renaud Guieu est membre titulaire de l’Orchestre Philharmonique de Radio France dirigé par Myung-Whun Chung.

Jan LATHAM-KOENIG

Jan LATHAM-KOENIG, direction d’orchestre 

Avec ses racines françaises, danoises et polonaises, Jan Latham-Koenig est un Européen dans l’âme. Il a étudié au Royal College of Music à Londres avant de remporter la prestigieuse bourse Gulbenkian. Ses débuts comme chef d’orchestre dans l’opéra Macbeth à l’opéra de Vienne en 1988 ont été couronnés de succès, et lui ont conféré une réputation internationale en très peu de temps. Il a alors été à la tête des plus grands orchestres d’opéra, dirigeant des œuvres telles que Aïda, Macbeth, La Bohème, Peter Grimes, Tristan, Pelléas et Mélisande, Die Tote Stadt, Carmen, Turandot, Elektra et le ballet The Prince of the Pagodas.

Il a également été le directeur artistique de l'Orquestra Nacional do Porto, du Cantiere Internazionale d'Arte di Montepulciano, du Teatro Massimo di Palermo, de l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg, de l'Opéra National du Rhin, et du Young Janacek Philharmonic qu’il a fondé.

Depuis août 2011, il est le directeur artistique de l'Opéra Novaya à Moscou, et, depuis 2012, de l'Orchestre Philharmonique de la UNAM à Mexico. Durant la saison 2013-2014, il devient également le chef d'orchestre titulaire de l'Orchestre Symphonique des Flandres à Bruges (Belgique).

Jan Latham-Koenig a été invité à diriger par le New Japan Philharmonic, l'Orchestre Métropolitain de Tokyo, l'Orchestre Philharmonique de Radio France, le Los Angeles Philharmonic Orchestra, le Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, l’Orchestre Philharmonique de Dresde, le Wiener Staatsoper, l’Opéra House Royal de Covent Garden, l'Opéra National de Prague, l'Opéra de Göteborg, l'Opéra National de Tokyo, ... 

Sébastien LLINARES

Sébastien Llinares est né en 1978 à Toulouse.

Après une formation classique, des études de musicologie et de jazz, il est remarqué à l’Académie Internationale de Musique de Cagliari (Sardaigne) où il obtient une bourse d’étude lui permettant d’intégrer la classe de Rafael Andia à l’École Normale Supérieure de Musique de Paris.

Soutenu ensuite par la Fondation Zalesky, il obtient en peu de temps son diplôme supérieur de concertiste. Son professeur dit alors de lui : « Sébastien a un talent unique qui le place au niveau des plus grands.

Une technique à toute épreuve, alliée à un son rare, donne à sa musique une force peu commune. Il montre une telle facilité qu’on n’a jamais l’impression d’effort, impression habituelle même chez les grands guitaristes. »

Aujourd’hui, Sébastien visite le répertoire en cherchant la voie d’un nouveau romantisme où la clarté formelle, la conscience historique et la spontanéité tentent d’établir un dialogue entre les styles et les époques.  Il joue une guitare moderne de concert du luthier Graham Caldersmith et une guitare baroque du luthier Charles Besnainou. 

 

L’INTERPRETATION, LES CONCERTS

Sébastien se produit régulièrement en récital en France et à l’étranger, notamment à la salle Cortot de Paris, au Cloître des Jacobins à Toulouse, à l’Institut Cervantes (Paris et Toulouse), au Téatro Lirico de Cagliari (Sardaigne), à la Maison de l’UNESCO de Paris. Il est aussi invité dans des festivals tels que le Festival Radio France et Montpellier (déjà 3 fois), le festival de musique contemporaine Novelum, le festival de musique baroque Passe ton Bach D’abord!, Les Notti Musicali (Italie). Les musiques de chambre et d’ensemble occupent une place importante dans l’activité de Sébastien. L’Opéra Éclaté d’Olivier Desbordes l’a invité pour deux créations : l’opérette La Belle de Cadix avec l’orchestre de Saint-Céré, et Cantares, un récital de musique espagnole en compagnie de la chanteuse Sarah Laulan. Ces deux productions ont tourné dans de nombreux théâtres dans toute la France. En compagnie du guitariste Nicolas Lestoquoy, il crée le Duo Mélisande avec lequel il joue notamment une adaptation pour deux guitares des célèbres Variations Goldberg de J.S. Bach. A l’occasion, il crée des spectacles particuliers comme avec le Serge Lopez Guitares Trio où il visite le répertoire de Bach vu par le prisme du flamenco ou encore pour l’édition 2013 du festival de Rabastens Chambre avec vues où il conçoit un spectacle en quatuor de guitares et percussions consacré à la musique américaine. Des compositeurs comme Dominique Preschez ou Éric Pénicaud écrivent et éditent des pièces qui lui sont spécialement dédiées et dont il assure la création. En 2015, Il est invité en soliste par l’Orchestre de chambre de Toulouse, avec lequel il jouera le Concerto en RE de Viivaldi ainsi que la création du concerto pour guitare qu’Éric Pénicaud a composé pour lui. Il a participé également à la création et à la tournée de l’Opéra de chambre Memoriae conçu par Orianne Moretti. Avec la violoncelliste Maïtane Sebastian, il jouera notamment au festival de violoncelle de Beauvais un programme autour  de la sonate Arpeggione de Schubert. Enfin il prépare une tournée de récitals qui le mèneront du festival Radio France et Montpellier 2015, jusqu'en en Suisse, en passant par l'île de Guernesey, en passant par la Belgique ou l’Orangerie de Rochemontès près de Toulouse.

 

LA COMPOSITION ET LA TRANSCRIPTION

Sébastien débute sa carrière en se concentrant sur la création musicale et artistique de son temps et s’investit dans le milieu des musiques nouvelles. Il développe alors un projet où la guitare côtoie l’électronique, où l’improvisation se mêle à la composition. De 2002 à 2006, il crée ses compositions en France et en Europe à l’occasion de concerts, de performances ou d’installations sonores. Il intervient pour la Fondation Cartier pour l’art contemporain, La Cité de la Musique à Paris, pour le Théâtre Garonne, les festivals Printemps de septembre et Siestes électroniques à Toulouse, pour le Lieu Unique à Nantes et pour les festivals belges City Sonics et Empreintes Numériques. Tous les travaux liés à ce projet ont été édités et distribués par le label Nowaki. Aujourd’hui, passionné par l’écriture, il compose ou transcrit des pièces inédites pour son instrument, avec la volonté d’ancrer le vocabulaire de la guitare contemporaine à la puissance expressive de la tradition guitaristique classique. Il a notamment enregistré ses transcriptions de Poema en forma de Canciones (Sébastien Llinares joue Joaquin Turina, Paraty 2011), Ses Trois Bagatelles pour guitare sont publiées en 2014 aux Éditions Sempre Piu.  

 

LES TEXTES

Sébastien a publié de 2009 à 2011 des chroniques pour le mensuel La Terrasse et publie depuis régulièrement des articles et chroniques musicales, notamment pour la revue Guitare Classique. 

 

LA PEDAGOGIE

Sébastien est professeur au Conservatoire Eric Satie du 7e arrondissement de Paris. Il tient également une classe au Conservatoire International de Musique de Paris (17e).  

 

LA DISCOGRAPHIE

2011 est l’année de la sortie de son disque consacré à Joaquin Turina sur le label Paraty. Ce disque est chaleureusement salué par la presse et le public. Distribution Harmonia Mundi.

Toujours pour le label Paraty, il sort en 2014 les Variations Goldberg (à deux guitares) avec le duo Mélisande. Distribution Harmonia Mundi

En octobre 2014, en partenariat avec l’Action Musicale Pierre Wissmer, la Banque de France, et le label Paraty, est sorti un disque consacré à la musique française du 20e siècle pour lequel il joue les pièces pour guitares de Pierre Wissmer, Henri Sauguet, Albert Roussel et Francis Poulenc. 

Karine JEAN-BAPTISTE

Karine Jean-Baptiste commence tout enfant la pratique instrumentale avec le violoncelle et le piano. Elle étudie à Poitiers et Toulon. Elle entre ensuite dans la classe de Maurice Gendron puis Roland Pidoux au CNSM de Paris.

Elle obtient ses diplômes en 1988, en violoncelle et musique de chambre, ayant Christian Ivaldi et Geneviève Goy pour professeurs.

Depuis 1991 elle est titulaire à lʼorchestre philharmonique de Radio France et se produit régulièrement dans lʼoctuor de violoncelles «Les PhilʼArt'Cellistes», constitué par le pupitrede lʼorchestre.

Elle fonde un quatuor à cordes, et de 1996 à 2001 travaille à lʼinterprétation de son répertoire de prédilection. Elle bénéficie de lʼenseignement du quatuor Alban Berg, et de Walter Levin.

Le quatuor Così remporte le 1er prix du concours international dʼIllzaach. Elle est invitée à se produire dans de nombreux festivals en compagnie de formations très diverses (festival de Fontainebleau, Musée dʼOrsay, les rencontres de violoncelle de Bélaye, Maison de Radio France, Abbaye de lʼEpau ...).  Riche dʼune profonde et éclectique expérience de chambriste, elle et la violoncelliste du trio à cordes «Ingres», attaché à développer les liens intimes, particuliers, entre musique et peinture.

Elle élabore et anime des ateliers-concerts pour les enfants, mais aussi auprès d'adultes en situation de précarité.

En 2010, elle est conviée par Anne Sicco, metteur(e) en scène de la compagnie «lʼOeil du Silence», pour réaliser un spectacle musical et poétique autour de Clément Marot.  

Jérémie MAILLARD

Formé par Pierre Penassou et Michel Strauss, Jérémie Maillard obtient le Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, et poursuit ses études en Allemagne puis en Angleterre avec Karine Georgian, et reçoit successivement les diplômes de troisième cycle de la Musikhochschule de Detmold et du Royal Northern College of Music de Manchester.

Il a également travaillé avec Mischa Maisky et Daria Hovora.

Premier Prix du Concours International Cassado (Espagne) et lauréat de plusieurs autres concours en France et Angleterre, il donne des récitals en Europe et au Japon. Il est l'invité de festivals comme la Chaise-Dieu, les Flâneries Musicales de Reims, les Rencontres de Violoncelle de Beauvais, le Ryedale Festival, le Musée d'Orsay, le Musée du Louvre.

La rencontre avec la compagnie Eclats et le théâtre instrumental de Maurizio Kagel en 2004, l'amènent à travailler avec chorégraphes et metteurs en scène. Attiré par diverses formes d'expression artistique, il associe à ses représentations écrivains, comédiens et danseurs, soutenu par l'association Vivo d'Arte.

Ardent défenseur de la création musicale, il a été membre de l'ensemble Cairn jusqu'en 2008, interprétant et enregistrant les oeuvres de compositeurs actuels.

Son dernier disque consacré aux oeuvres de Schumann et Grieg pour violoncelle et piano est sorti cet automne chez le label ut3-records.

Pédagogue actif, Jérémie se produit régulièrement à la Cité de la Musique où il présente le répertoire pour violoncelle. Titulaire du CA, il est professeur de musique de chambre au CRD de Blanc-Mesnil.


Il est aujourd'hui membre de l'Orchestre Philharmonique de Radio France.

 

Clémentine MEYER

Clémentine Meyer commence ses études musicales au Conservatoire de Nancy avec Françoise Vautrin puis au CNR de Paris avec Dominique de Williencourt. En 2002, elle est admise au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSM) dans la classe de Philippe Muller. Ses quatre années d'études sont récompensées par les premiers prix de violoncelle (mention TB) et de musique de chambre (mention TB à l'unanimité avec les félicitations premier nommé). Elle suit régulièrement les master-classes de J. Starker, F. Helmerson, G. Hoffman, M. Perenyi...

Passionnée de musique contemporaine, Clémentine Meyer assure de nombreuses créations (N. Bacri, K. Beffa, J. Boisgallais, R. Dubugnon...) et est dédicataire d'une dizaine d'oeuvres. En 2003, elle fonde l'ensemble Capriccioso avec lequel elle enregistre son premier disque, consacré à la musique de Nicolas Bacri et récompensé par une nomination aux Victoires de la Musique 2007 dans la catégorie « Meilleure Création de l'Année ».

L'ensemble a reçu les conseils de K. Penderecki et P. Boulez, et a remporté le grand prix du concours international de Cracovie (Pologne). Clémentine Meyer est reçue à l'Orchestre Philharmonique de Radio-France en mars 2009. 

Pierre MICHAUD

Festival de Violoncelle de Beauvais 2015 Pierre Michaud

Né à Québec en 1959, Pierre Michaud se met au violoncelle à l'âge de huit ans. Il étudie aux conservatoires de Québec, de Casablanca et de Rabat, et compose en autodidacte. De 1978 à 1982, il se perfectionne à la Hochschule für Musik de Freiburg (Allemagne) avec Christoph Henkel, qui l'encourage à développer son propre style. C'est l'époque des premiers enregistrements professionnels (Radio-Canada, Süddeutsche Rundfunk). Suivra pendant deux ans le duo avec Marc Michaud, pianiste de jazz et compositeur (concerts en Suisse et en Allemagne, enregistrement à Radio Suisse Romande).  

En 1986, ayant aussi joué et séjourné dans plusieurs pays d'Afrique (émission sur Africa n°1), il aboutit en Belgique pour soumettre au légendaire Franquin des chansons inspirées de ses célèbres personnages de bande dessinée (Gaston Lagaffe, le Marsupilami). Janos Starker, Mstislav Rostropovitch et Yo-Yo Ma, Philip Catherine, ou encore Bobby McFerrin et Robert Charlebois ont très vivement apprécié son travail lors de prestations en leur présence.  

Pierre Michaud a maintes fois collaboré avec le regretté Jean-Pierre Catoul, virtuose belge du violon jazz. Parallèlement à des séances studio pour Zap Mama, Dick Rivers, Indochine, Philippe Léotard, Affaire Louis Trio, Artango (spectacles), Pow Wow, Marc Morgan, Daniel Chenevez, Orion, Jean-Louis Daulne, Tars Lootens ou Alec Mansion, il se consacre à l'enregistrement de sa musique.

Ses albums CD "Juliette" (1999), "dissidencello" (2005) et "1, 2, 3" (2007), sur lesquels il assure aussi piano et chant, ont suscité les éloges de personnalités telles que Mischa Maisky, Maxim Vengerov, Pieter Wispelwey ou Roland Pidoux, et donné lieu à des passages radio et TV (RTBF, Télé-Bruxelles).  Pierre Michaud a joué avec Jimmy Page & Robert Plant,Yann Tiersen, Bruno Castellucci et plusieurs jazzmen belges réputés, et a été membre des groupes Talita Koumi (chansons judéo-espagnoles), Assam et Sureda (concerts, albums). Il a aussi participé à l'enregistrement de plusieurs musiques de films ou de spectacles, entre autres pour Hughes Maréchal (Belgique) ou Kamal Dehane (Algérie).

Avec le guitariste Philippe Michaud, il s'est produit en Belgique, en France et au Canada dans un programme Beatles (duo Two Of Us). En Flandre et aux Pays-Bas, comme violoncelliste pour les pièces "Onegin" et "Mala Zimetbaum", il a plusieurs fois partagé la scène avec Hilde Uitterlinden, comédienne flamande réputée.  

Sous le nom "dissidencelli", il a en 2001 fait équipe avec le jeune virtuose belge du violoncelle Sébastien Walnier (concerts en Belgique, en France et en Allemagne, apparitions télévisées). En janvier 2002, il a donné plusieurs concerts solo au Koweït. L'association Française du Violoncelle (AFV) a publié un premier article sur lui dans le N° 18 de sa revue "Le Violoncelle" (2006). et une interview détaillée dans son N° 32 (2009).  Mars 2008 : concerts en Israël (Festival International de la Chanson Francophone).  2007-2009 : concerts solo en Belgique et en France (Vareilles, Pontoise).  Mai-octobre 2008 : tournage en pleine nature, dans 4 pays, du DVD "Violoncelle en cavale" (présenté à la RTBF et à Télé-Bruxelles, jan. 2009).  2009-2010 : DVD "Violoncelle en cavale 2" (35 vidéos - 6 pays européens).  Janvier 2011 : première de "VIOLONCELLE EN CAVALE - concert multimédia", au Petit Théâtre Mercelis à Bruxelles (interview et diffusion de 2 titres sur "La Première", RTBF radio).  

Depuis 2011, Pierre Michaud est professeur de violoncelle à l'école "Cap sur la Musique" à Bruxelles. Février 2012 : interview et reportage sur ACTV (Antenne Centre, Belgique). Nouveaux concerts multimédia en Belgique.  Mars 2012 : prestation multimédia dans le cadre d'une "Journée du Violoncelle" au conservatoire de Huy (Belgique).  2012 : Brésil - participation au festival "Rio Intenational Cello Encounter". Concerts en Belgique et en France.  2013 : nouveaux enregistrements et tournages ; concerts en Belgique, en France, au Canada et aux ¬États-Unis.  

Janvier 2014 : concert à l'Atelier Marcel Hastir (Bruxelles).  Mars 2014 : prises de vue pour la chanson "L'île aux mille éclats" sur l'île de Ré (France).  Mai 2014 : enregistrement de "Talisman", nouvelle composition pour 2 violoncelles.  Juin 2014 : Concert au MacKenzie Hall de Windsor, Ontario - interview et diffusion de "Talisman" à Radio-Canada. - "Guest Artist" au 20ème New Directions Cello Festival à Ithaca (état de New York).  Juillet 2014 : concerts au Québec (Gatineau, Roberval, Chicoutimi, Montréal) ; prises de vue pour "Talisman" sur l'île d'Orléans (Québec).  Août 2014 : concert à l'île Tudy (Bretagne)  Octobre 2014 : concert organisé par l'Académie de Musique de Watermael-Boitsfort (Belgique)  Février 2015 - concert et atelier pour l'Académie de Jette (Bruxelles)  Mai 2015 - Festival de Violoncelle de Beauvais  

 

www.youtube.com/dissidencello

Jean-Frédéric NEUBURGER

Né en 1986 à Paris, Jean-Frédéric Neuburger étudie l’orgue, le piano et la composition avant d’intégrer à treize ans le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, d’où il ressort en 2005 muni de cinq premiers prix (classes de Thierry Escaich, Jean Koerner, Jean-François Heisser). En 2012, passionné aussi par la direction d’orchestre, il décide de se perfectionner en 2012 à la Haute Ecole de Musique de Genève pour un Master de direction .

 

Depuis toujours Jean-Frédéric Neuburger s’est aussi consacré à la composition et il a reçu les précieux conseils de Michael Jarrell et de Kaija Saariaho. Il reçoit de nombreuses commandes (Festival d’Evian (Danse Encore pour trio avec piano), Festival de la Roque d’Anthéron (Sinfonia pour deux pianos et percussions),  Radio-France (Cantate profane sur des poèmes d’Aimé Césaire, interprétée par le Chœur et l’Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Pascal Rophé), ou des Folles Journées de Nantes et Tokyo (Plein Ciel, quatuor avec clarinette), et ses œuvres sont programmées en des lieux prestigieux (New-York Chamber Music Society at Lincoln Center, Klavier-Festival Ruhr, Newcastle Gateshead).

 

Jean-Frédéric Neuburger se produit en soliste avec les orchestres les plus prestigieux (New-York Philharmonic, San Francisco Symphony, Philadelphia Orchestra, NHK Symphony, Orchestre Philharmonique de Radio France, Orchestre de Paris…) et collabore avec des chefs renommés comme Jonathan Nott, Paavo Jarvi, Michael Tilson Thomas, Christoph von Dohnanyi… Il a aussi travaillé avec Pierre Boulez notamment pour étudier sa Deuxième Sonate pour piano. En janvier 2014, l’Auditorium du Louvre lui a offert une carte blanche de six concerts où il s’est produit aux côtés du Quatuor Modigliani, en récital solo et durant lequel certaines de ses œuvres ont été jouées.

 

Il consacre une partie importante de son activité d’interprète à la diffusion de la musique d’aujourd’hui : il crée en 2012 le Concerto pour piano de Philippe Manoury Echo-Daimonon avec l’orchestre de Paris dirigé par Ingo Metzmacher. Chef assistant en 2013 lors de la création de Siegfried-Nocturne, opéra de chambre de Michael Jarrell à la Comédie de Genève, et a créé ou repris de nombreuses œuvres de compositeurs d’aujourd’hui.

 

Ses œuvres sont éditées depuis 2012 chez Durand (Universal Music Publishing) et ses enregistrements sont sortis en majeure partie chez Mirare.

 


Contact: Alison Phillips or Jérôme Delmas

Email : alison.phillips@kajimotomusic.com, jerome.delmas@kajimotomusic.com

Tél : +33 1 42 19 92 65

Fax : +33 1 42 19 92 12

Kajimoto, 5 rue Barbette   75 003 PARIS (France)

Régis PASQUIER

Né dans une illustre famille de musiciens, Régis Pasquier est bercé par la musique dès son plus jeune âge. Cette complicité précoce est d’emblée fructueuse puisqu’elle lui vaut de remporter, à 12 ans, ses Premiers Prix de violon et de musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris et de s’envoler, deux ans après, aux Etats-Unis. Le voyage sera décisif : il rencontre Isaac Stern, David Oïstrakh, Pierre Fournier et Nadia Boulanger. Séduit par son jeu, Zino Francescatti l’invitera quelques années plus tard à enregistrer avec lui , pour DGG, le Concerto pour deux violons de Bach.  

 

Régis PASQUIER a joué sous la direction des plus grands chefs , dans le monde entier. 

A la reconnaissance de ses pairs s’ajoute celle du public. Ses derniers enregistrements pour Calliope : Concertos de Beethoven et de Tchaikovsky avec le Baltic Chamber Orchestra sous la direction d’Emmanuel Leducq-Barôme, ainsi que la Sérénade de Bernstein et le Concerto op. 12 de Kurt Weill avec l’Orchestre de Picardie dirigé par Edmon Colomer.

Loin d’être grisé par ce succès, soucieux de la transmission de son savoir et de la formation des jeunes générations, Régis Pasquier a enseigné le violon au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris de  1985 à 2011.

Régis Pasquier effectue régulièrement un « tour du monde musical », se produisant, tant en musique de chambre (et plus particulièrement avec le Trio Pennetier-Pasquier-Pidoux) qu’avec des orchestres. Avec le Trio Pennetier-Pasquier-Pidoux, un très bel enregistrement Rachmaninov est paru chez Saphir Productions.

Il est l’un des rares violonistes à jouer l’intégrale des Caprices de Paganini en concert.

En plus de très nombreux Festivals en France, Régis Pasquier se fait entendre régulièrement aux Etats-Unis, au Canada, en Allemagne, en Tchéquie,  en Hongrie, au Brésil, en Argentine, en Corée, en Finlande… Chaque saison, il est invité à plusieurs reprises au Japon.

Depuis 1998, Régis Pasquier joue un magnifique violon Joseph Guarnerius (Del Gesu) Cremona 1734.  

Thierry PELICANT

 Né en 1957 à Sainte Adresse (Haute Normandie), Thierry Pélicant décide de se consacrer à la direction d’orchestre à la suite de sa rencontre avec Jean-Claude Hartemann, directeur de la musique à l’Opéra Comique et de la réunion des Théâtres Lyriques Nationaux. 

 

Passionné de musique française, il redonne les œuvres perdues ou oubliées de Gossec, Boïeldieu, Méhul, Philidor, et dirige la création mondiale de la Suite parnassienne de Massenet à Paris et au Festival de Saint-Etienne (cette œuvre a fait l’objet d’un enregistrement pour les éditions Malibran). 

 

En 1981, il devient le 33e chef de l’Orchestre Philharmonique du Département de l’Oise « Le Concert » avec lequel il donne plus de cent-cinquante concerts en France et à l’étranger. 

 

Thierry Pélicant est également compositeur. Il a écrit grand nombre d’œuvres concertantes pour orgue, hautbois, basson, pour cuivres, contrebasse, piano, mais aussi des symphonies, des opéras (Élise et le fantôme, Ribouldingue ou La Parturition des Pieds Nickelés), des mélodies pour soprano, harpe et orchestre, un oratorio de Noël ou encore de la musique de chambre. Il a publié son premier roman, « Carnets de Walter Crane », en janvier 2005.

Jean-Claude PENNETIER

Brillant représentant de l’école française, riche d’un parcours musical varié (musique contemporaine, pianoforte, direction d’orchestre, musique de chambre, composition), Jean-Claude Pennetier trouve son expression privilégiée dans ses activités de pianiste soliste et récitaliste.

Après avoir été formé au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, il se distingue dans les plus grands concours internationaux – Premier Prix Gabriel Fauré, Deuxième Prix Marguerite Long, Premier nommé du Concours de Genève, Premier Prix du Concours de Montréal. « Éblouissant », « Magistral », « Ensorcelant », Jean-Claude Pennetier est l’un des plus grands interprètes actuels.

Il se produit avec des orchestres de renommée internationale : Orchestre de Paris, Staatskapelle de Dresde, NHK de Tokyo, Orchestre de la Radio de Lugano, Orchestre de Séville, Orchestre National de Bordeaux-Aquitaine, Orchestre de Chambre de Paris, English Chamber Orchestra…

Et lors d’importants festivals. Chaque saison, il est en tournée aux Etats-Unis et au Canada et est invité régulièrement en Asie : Japon, Hong Kong, Corée. Ses disques Beethoven, Schubert, Schumann, Brahms et Debussy chez Lyrinx ont reçu les plus grandes distinctions de la presse musicale.

Au nombre de ses enregistrements récents figurent des disques avec Michel Portal, le Quatuor Ysaÿe. En 2009 est paru le premier volume de l’Intégrale qu’il consacre à l’œuvre pour piano seul de Gabriel Fauré dont il est aujourd’hui l’un des plus grands interprètes. Cet enregistrement gravé chez Mirare a été récompensé d’un « Diapason d’Or » et a été très chaleureusement salué par la presse internationale. Son double disque consacré à Schubert paru 2010, toujours pour le label Mirare, fut un événement récompensé lui aussi d’un « Diapason d’Or ». Vient de paraître le très attendu deuxième volume de l’Intégrale Fauré. Lu dans la presse "Ensorcelant...

Cet artiste est décidément l’un des plus grands pianistes français. La déjà longue expérience qu’il a acquise sur tous les fronts de la musique débouche aujourd’hui sur la rencontre avec la vraie simplicité. Sans recherche inutile, Jean-Claude Pennetier semble ne se poser aucun problème : il se contente de placer ses doigts sur le clavier, et de laisser la vérité de la musique naître d’un toucher miraculeux" Le Figaro 

Raphaël PIDOUX

Raphaël PIDOUX Raphaël Pidoux a commencé l’étude du violoncelle avec son père Roland Pidoux.

Puis après un premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1987, il suit le cycle de perfectionnement avec Philippe Muller et de musique de chambre au sein du Trio Wanderer avec Jean-Claude Pennetier.

Il se perfectionne auprès de Janos Starker à l’Université d’Indiana aux USA. En 1988, Il est lauréat du Concours International « Bach » de Leipzig. Parallèlement à sa carrière avec le Trio Wanderer qu’il a fondé en 1987 avec Vincent Coq et Jean-Marie Philips-Varjabédian, Raphaël Pidoux joue régulièrement avec Christophe Coin et l’ensemble baroque de Limoges, les Quatuors Manfred, Mosaïques, l’Orchestre Les Siècles que dirige François-Xavier Roth, l’Opéra de Rouen, Les Violoncelles français (avec Emmanuelle Bertrand, Eric-Maria Couturier, Emmanuel Gaugue, Xavier Phillips, Roland Pidoux, Nadine Pierre et François Salque)... il aborde également le répertoire de Piazzolla avec l’accordéoniste Richard Galliano.

Il joue dans Bach Suite, chorégraphie de Noureev avec Kader Belarbi à l’Opéra de Paris.

En 2010, il crée l’association l’association Talents et Violoncelles qui permet à de jeunes violoncellistes d’acquérir un instrument digne de leur talent. Raphaël Pidoux est professeur de violoncelle au Conservatoire national supérieur de Musique de Paris depuis 2014. Avec ses collègues du Trio Wanderer, Raphaël Pidoux a ouvert une classe de trio avec piano au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris pour la préparation de concerts et des concours internationaux. 

Roland PIDOUX

Roland Pidoux fait ses études au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient ses diplômes en 1965 et 1966. Sous l’influence de Jean Hubeau et Joseph Calvet, il se passionne pour la musique de chambre, parallèlement à sa carrière de concertiste.

En 1968, il fonde avec Jean-Pierre Wallez, l’Ensemble Instrumental de France qui deviendra plus tard l’Ensemble Orchestral de Paris puis rejoint le Quatuor Via Nova pour une période de sept ans avant de retrouver Régis et Bruno Pasquier au sein du Trio Pasquier.

En 1969, il est engagé à l’Orchestre de l’Opéra de Paris, puis à l’Orchestre National de France comme violoncelle solo de 1978 à 1987. Au cours de ces années, son amour de la musique de chambre le conduit à jouer aux côtés d’autres musiciens exceptionnels tels que Pierre Fournier, Mstislav Rostropovitch, Isaac Stern, Jean-Pierre Rampal…

Il retrouve son ami de longue date, le pianiste Jean-Claude Pennetier pour constituer un trio en compagnie d’un de ses partenaires favoris, le violoniste Régis Pasquier. Cette formation obtient un vif succès auprès du public en France et à l’Etranger et notamment aux Etats-Unis où ils sont régulièrement engagés. Roland Pidoux, à l’instar de son maître André Navarra dont il possède maintenant le violoncelle Gagliano, enseigne depuis 1988 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Il est directeur artistique des Rencontres de Violoncelle de Bélaye (Lot). Il a enregistré de nombreux disques de musique de chambre dont l’intégrale des sonates et variations pour violoncelle et piano de Beethoven en compagnie de Jean- Claude Pennetier et les deux trios de Rachmaninov. Sous l’impulsion de son fils Raphaël, il anime l’octuor de violoncelles «Les Violoncelles Français», composé de brillantes personnalités telles que Emmanuelle Bertrand, Eric-Maria Couturier, Emmanuel Gaugué, Xavier Phillips, Raphaël Pidoux, Nadine Pierre, François Salque. Le premier enregistrement de cet ensemble vient de paraître chez MIRARE sous le titre Méditations.

Nadine PIERRE

Née dans la région parisienne, Nadine Pierre débute le violoncelle à l'âge de 7 ans avec Martine Bailly, effectue sa formation musicale au Conservatoire National de Région de Boulogne Billancourt auprès de Jean Brizard et Michel Strauss, puis dès l'âge de 15 ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où elle obtient en 1984 son Premier Prix de violoncelle première nommée à l'unanimité dans la classe de Philippe Muller, et son Premier Prix de musique de chambre dans la classe de Jean Hubeau.

Elle reçoit les conseils de grands artistes : Roland Pidoux, Paul Tortelier, Arto Noras, Franz Helmerson, Miklos Perenyi, Janos Starker, Menahem Pressler...notamment au sein des cycles de perfectionnement de violoncelle et de musique de chambre du CNSM de Paris et à la « Banff School of Fine Arts » au Canada. De retour en France, elle fonde avec Claire Désert, Philippe Aïche et Nicolas Bône le Quatuor avec piano Kandinsky, bientôt lauréat des concours internationaux de Florence et Melbourne. Avec cette formation, elle se produit régulièrement pendant une quinzaine d'années dans de nombreux festivals et séries de concerts en France et dans beaucoup d'autres pays, participe à l'enregistrement de CD (quatuors de Brahms, Chausson, Lekeu, Castillon, Saint-Saëns, Maratka parus chez Fnac Music).

Parallèlement, elle occupe un poste de soliste à l'Orchestre National de France sous la direction musicale de Lorin Maazel, puis devient en 1993 violoncelle solo de l'Orchestre Philharmonique de Radio France avec lequel elle se produit régulièrement depuis sous les directions de Marek Janowski puis de Myung-Whun Chung et Mikko Franck. Par la suite, ses activités s'enrichissent de nombreuses rencontres musicales. Elle répond aux invitations du Chamber Orchestra of Europe, de l'orchestre de chambre d'Auvergne, du Rundfunk Symphonieorchester de Berlin, de l'orchestre de Cadaques... et fonde avec ses collègues de l'Orchestre Philharmonique un nouvel ensemble de violoncelles : Les Phil'Art'Cellistes (philartcellistes.com) avec lequel elle joue régulièrement et participe à l'enregistrement d'un premier album sorti à l'automne 2012 chez Saphir Productions.

La musique de chambre reste un domaine de prédilection pour Nadine Pierre. Membre fondateur du trio avec piano George Sand depuis 2003 en compagnie d'Anne-Lise Gastaldi et de Virginie Buscail, elle se produit régulièrement dans ce cadre. Après un disque consacré à Debussy et Lili Boulanger qui a reçu les éloges de la critique, les trios de Fauré, Mel Bonis, et le premier enregistrement du Trio de Ravel dans sa nouvelle édition urtext Bärenreiter est paru en 2011 sous le label Zigzag Territoires (triogeorgesand.com). De nombreux concerts et spectacles, des commandes à des compositeurs contemporains, des créations, l'enregistrement de 2 cds dans le cadre d'un livre-disque consacré à Marcel Proust et la Musique, font partie de l'actualité foisonnante du Trio George Sand.  

Jérome PINGET

Jérôme Pinget se passionne très jeune pour le violoncelle et la grande musique, et se produit en public régulièrement à partir de sa onzième année.

Formé au sein de la grande tradition française du violoncelle héritée d'André Navarra par ses professeurs Jean-Bernard Baudot à Lyon puis Jean-Marie Gamard au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, il bénéficie aussi de ses rencontres avec Bernard Greenhouse et Menahem Pressler du Beaux-Arts Trio, avec Valentin Erben du quatuor Alban Berg, avec les membres du Quatuor Talich, Jean Hubeau, Jean Mouillère...

Lauréat des concours internationaux de Vienne (Autriche), Florence et Vercelli (Italie), il a participé à la création de nombreuses oeuvres de notre temps, enregistré de nombreux disques en musique de chambre et en soliste, et joué dans les plus belles salles du monde, en Europe, Asie et Amériques.

Il participe à de nombreux jurys de concours,et donne des masterclasses au plus haut niveau (ces 4 dernières années à Taïwan). Très épanoui dans toutes les musiques d'ensemble, en février 1999 il est recruté sur concours au sein de l'Orchestre Philharmonique de Radio France comme membre permanent (directeur musical Marek Janovski), puis en avril 2007 comme 2e violoncelle solo, sous le nouveau directeur musical Myun-Whun Chung.

Avec la pianiste Fang-Yi Lee et le violoniste Guillaume Plays, violon solo de l'Orchestre de la Garde Républicaine, il propage le répertoire français des XIX et XXèmes siècles à Paris et en Asie. Avec le pianiste Fabrice Coccitto, il forme un duo parfaitement accordé depuis 1997, et, tous deux avec Martin Blondeau violoniste à l'Orchestre Philharmonique de Radio France ont constitué le « Trio delle Onde »,qui fait revivre avec bonheur le répertoire classique et romantique européen du trio avec piano. Il est aussi membre du trio à cordes La Folia qui a enregistré en 2012 une version totalement inédite du conte des frères Grimm Blanche Neige sous le titre Les Souliers de Feu,mis en musique avec Sylvie Sentenac et Antoine Di Pietro.

Au sein des Phil'Art'Cellistes, Jérôme Pinget apprécie la collégialité entre artistes qui se vouent au même instrument, et tente de la mettre en valeur au travers de ses quelques propres transcriptions du répertoire pianistique et orchestral.  

Michel POZMANTER

Altiste de formation, élève du quatuor Manfred et du chef Nicolas Brochot, puis des Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Lyon et Paris (analyse et composition), Michel Pozmanter est directeur musical de l’ensemble Nomos qu’il fonde en 2005 avec Christophe Roy.

Régulièrement invité par l'ensemble Aleph, il a dirigé des formations telles que l’Opéra de Reims, l’atelier XXe siècle du Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon, le Jugendoper de Dresde, l’Ensemble Uusinta de Finlande, Slowind, l'Orchestre Symphonique Départemental de l'Aisne, l'Instant Donné… Il a travaillé auprès de compositeurs tels que Mauricio Kagel, Klaus Huber, Emmanuel Nunes, Georges Aperghis, Gilbert Amy, Peter Eötvös…

Michel Pozmanter enseigne la musique de chambre et la pratique orchestrale au Conservatoire à Rayonnement Départemental de Saint Germain-en- Laye. Il dirige également l'Orchestre Symphonique des Yvelines et "La Symphonie du Trocadero", orchestre symphonique amateur parisien avec lequel il interprète les plus belles œuvres du répertoire. 

 

Christophe ROY

Christophe Roy étudie le violoncelle avec Paul Boufil, Pierre Penassou et Maurice Gendron, puis auprès du compositeur Dan Lustgarten.

En 1994, il obtient le Prix spécial de violoncelle au Concours International Gaudeamus de Rotterdam (jury présidé par Siegfried Palm).

Membre fondateur de l’Ensemble Aleph en 1983, Christophe Roy a fréquemment collaboré avec l’Ensemble Intercontemporain, l’Ensemble Modern de Francfort et le Newt Hinton Ensemble. Depuis 1995, il joue également en duo avec la violoniste Noëmi Schindler.

En 2002, il fonde le Centre de Pratique de musique Contemporaine à l’Ecole nationale de musique d’Evry au sein de laquelle il enseigne. Passionné par le répertoire contemporain, Christophe Roy est l’interprète privilégié des compositeurs Iannis Xenakis, Mauricio Kagel et Vinko Globokar.

Comme soliste, Christophe Roy est régulièrement l’invité de festivals en France (Musicavoix, Musiques en Scènes, Musica Strasbourg, Présences, Musiques Action ...) et à l’étranger (Etats-Unis, Canada, Pays-Bas, Brésil, Italie, Allemagne, Russie, Suisse, Hongrie).

Christophe Roy a réalisé plusieurs enregistrements discographiques, avec l’ensemble Aleph («Choc» du Monde de la musique), mais également en solo. Un CD dédié au répertoire pour violoncelle seul et comprenant des oeuvres de Iannis Xenakis, Claude Ballif, Georges Aperghis, Mauricio Kagel, fut unanimement salué par la critique lors de sa sortie en mars 2000 (Diapason d’Or, Répertoire, Le Monde).

François SALQUE

François SALQUE, violoncelle

Diplômé de l'université de Yale et du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, François Salque est, très jeune, primé dans les concours internationaux (Genève, Tchaïkovski, Munich, Rostropovitch, Leonard Rose...). « La sensibilité et la noblesse de son jeu » alliés à « un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permettent de remporter pas moins de 10 premiers prix et autant de prix spéciaux.

Ses concerts l'ont déjà mené dans plus de soixante pays et ses enregistrements en soliste ou en musique de chambre en compagnie d'Eric Le Sage, Alexandre Tharaud, Emmanuel Pahud ou Vincent Peirani, ont été salués par la presse (Diapasons d' Or de l' année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l'académie Charles Cros, Victoires de la Musique, « Élu Citizen jazz », Palme d'Or de la BBC…).

François Salque signe également sept disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant cinq ans le violoncelliste. Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces de compositeurs contemporains, notamment de Thierry Escaich, Karol Beffa, Nicolas Bacri, Jean-François Zygel, Krystof Maratka ou Bruno Mantovani.

Il est également à l'origine de plusieurs créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles. Sa profondeur musicale, sa technique et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique. Il enseigne aujourd'hui à la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) et au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris. 

Maïtane SEBASTIAN

Née à Pampelune en 1981, Maitane Sebastián s’installe en France dès l’âge de neuf ans pour étudier la musique et vivre un parcours intense et éclectique.

Deux fois boursière de la Fondation de France, après avoir suivi les conseils de Gary Hoffman et Christophe Roy notamment, elle commence très vite à se produire seule ou à partager la scène avec de nombreux interprètes comme Nathalie Gaudefroy, Sandrine Tilly, Isabelle Flory,Jean-François Rouchon, Emmanuel Olivier, Emmanuelle Bertrand, Pablo Schatzman, Vanessa Jean, le Quatuor Debussy, le Quatuor de Bordeaux ou encore des improvisateurs comme Franck Tortiller, Thierry Madiot, Médéric Collignon…

En 2006 elle intègre à Paris l’Ensemble Nomos dirigé par Christophe Roy, composé de 14 violoncellistes sous la baguette de Michel Pozmanter, faisant ainsi résonnance à son intérêt grandissant pour la musique contemporaine. Leur premier disque « Aperghis, Globokar, Pascal, Roy, Xenakis » chez Ameson sera Coup de Coeur Charles Cros en 2006 et recevra 4 étoiles dans le Monde de la Musique, puis le deuxième disque chez Hérisson, composé de l’intégrale des pièces pour violoncelle(s) de Mauricio Kagel, avec la participation de Rohan de Saram, se verra attribuer 5 diapasons. De nombreux compositeurs (Mauricio Kagel, Stefano Bonilauri, Pierre-Yves Macé parmi d’autres, et surtout Michel Sendrez) ont donc écrit pour elle ou pour ses ensembles, ce qui lui a permis à de nombreuses reprises de créer et d’enregistrer des œuvres nouvelles, de développer un rapport privilégié avec les créateurs des œuvres d’aujourd’hui et du passé.

Sa passion pour la musique de chambre devenant de plus en plus importante, aujourd’hui Maitane Sebastián se produit régulièrement avec le pianiste Julien Le Pape dans le Duo Parhélies, avec l’accordéoniste Philippe de Ezcurra dans le Duo A Tempo et avec le Quatuor Sésame composé par les violonistes Ann-Estelle Médouze, Naaman Sluchin et l’altiste et pianiste Barbara Giepner, après avoir reçu le prix spécial Proquartet au Concours Européen de Musiques d’Ensemble de Paris 2012 avec le Quatuor Sendrez ainsi que le prix Bonnatà l’Académie Internationale Maurice Ravel 2009 avec le Quatuor Kairos. Seule ou en musique de chambre, elle a donné des concerts dans de nombreux lieux de renom et festivals, tels que le Festival de Violoncelle de Beauvais, la Salle Capitulaire Cour Mably à Bordeaux, le Teatro Lirico di Cagliari (Italie), le Festival Musica Nigella, la Sala Baluarte de Pamplona (Espagne), les Nuits Musicales d’Armagnac, l’Estivale de la Bâtie, les Moments Musicaux d’Hiver à l’Abbaye de Flaran, Voix Intimes festival de Proquartetto à Tournai (Belgique), les Heures Romantiques entre Loire et Loir, le Festival Cordes en Ballade, el Festival de Música Clásica del Castillo de Peñíscola (Espagne), the Formoz Festival, (Taipei), La Bâtie Festival (Genève), le Festival Musique en Côte-Basque, le Festival de Cluny d’Aujourd’hui à Demain, la Gare du Midi de Biarritz, le Salon Musicora (Paris), l’Atrium de Dax, leTeatro do Fundão (Portugal), les Moments Musicaux de Chalosse, Musique sur Ciel … En outre, on a pu l’entendre à plusieurs reprises invitée ou grâce à sa discographie sur diverses radios nationales (France Musique, France Culture, Radio Classique). Ayant étudié l’harmonie et l’écriture auprès des compositeurs Peio Çabalette et Joël Merah, elle écrit, arrange et/ou interprète les musiques de plusieurs films comme « Nuage » et « Toutes les montagnes se ressemblent » de Sébastien Betbeder, ou encore « Persepolis » deMarjane Satrapi et Vincent Parronaud. Elle a également composé pour ses propres ensembles ou lors de commandes comme pour le dvd « One Minute More » du pianiste Guy Livingston. Par ailleurs, elle a publié en 2011 certaines de ses compositions pour voix, violoncelle et piano dans l’album « Searching Plato Bay » chez CDM. Enfin, elle a aussi été programmatrice de la 1ère édition du Festival « Les Journées Phares » à Tarnos (40), dédié aux arts contemporains et expérimentaux. Dans ses dernières parutions discographiques, «Horizons d’aujourd’hui» chez Triton (œuvres pour quatuor ou quintette avec flûte deBacri/Sendrez/Huillet/Gauthier) a reçu 4 Diapasons, 3 étoiles dans Classica et 5 cœurs dans France Catholique, et en avril 2014 est sorti le disque et dvd du Duo A Tempo, « Euphonia » chez Ameson (Mahler, Bach, Ravel, Busseuil, Sarasate, Piazzolla). Actuellement elle prépare l’enregistrement des Suites de Bach pour violoncelle seul pour 2015, ainsi qu’une monographie Cassado avec le guitariste Sébastien Llinarès (duo Anhelo).

Lauréate du concours national en 2009, elle est Professeur d’Enseignement Artistique titulaire au Conservatoire de l’Abbevillois (80), pour y enseigner le violoncelle et la musique de chambre, ainsi qu’assurer la direction de l’Orchestre Symphonique des 2ème et 3ème cycles. Maitane Sebastián joue un violoncelle copie d’un Joseph Guarneri père, fait par Frédéric Chaudière en 2009. 


Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association pour le rayonnement du violoncelle